Top 14 - Maxime Médard (Stade toulousain) : « J’ai fini par un petit plongeon, c’est pas mal à mon âge »

  • Top 14 - Maxime Médard (Stade toulousain) : « J’ai fini par un petit plongeon,  c’est pas mal à mon âge »
    Top 14 - Maxime Médard (Stade toulousain) : « J’ai fini par un petit plongeon, c’est pas mal à mon âge » Midi Olympique - Patrick Derewiany - Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Auteur d’un essai dès la première minute de jeu et toujours compétiteur hors normes, Maxime Médard est ravi de l’aillant offensif retrouvé par son équipe.

Que retenez-vous du succès contre Castres ?
C’est le match le plus abouti de la saison. Nous avons été sérieux et ces deux essais dans les dix premières minutes ont fait du bien. Ils nous ont mis dans la rencontre. L’équipe a été efficace en défense, en montant fort et en empêchant Castres de mettre son jeu en place. Elle a trouvé son rythme, a réussi à accélérer ou ralentir quand il le fallait.

Vous avez inscrit le premier essai dès la première minute. Vous étiez pressé de marquer…
Et pressé de sortir aussi puisque j’ai été remplacé à la 50e minute ! J’étais content de marquer. Romain (Ntamack, N.D.L.R.), m’a fait une belle passe au pied et j’ai fini par un petit plongeon. Pas mal à mon âge (rire).

Vous demeurez très compétiteur…
Vous me connaissez (sourire). Sortir à la 50e, c’est en général quand tu as fait un mauvais match. Là, je ne pense pas que ce soit le cas, donc j’ai trouvé ça bizarre. Mais de nombreux internationaux partent et ont été laissés sur le terrain. D’autres, comme moi, sont sortis en vue du prochain week-end.

Vous disiez rester sur votre faim en termes de jeu offensif. Êtes-vous comblé cette fois ?
Je suis satisfait parce que nous avons retrouvé de l’allant, ces passes au cordeau et celles après contact. On a réussi à mettre de l’intensité, à jouer les uns pour les autres.

Clément Poitrenaud a indiqué qu’il y avait eu des discussions en interne durant la semaine…
Oui car on n’avait pas fait de bons matchs derrière. Ce n’était pas terrible depuis le début de saison. Là, nous avons répondu présent. Nous avons aussi été bons sous les ballons hauts, contrairement à la semaine précédente.

Le groupe était-il vexé par ce premier revers de la saison à Lyon ?
Oui, un peu vexé. D’autant plus qu’en commençant à accélérer dans les vingt dernières minutes à Lyon, on n’était pas loin de gagner. L’équipe s’est fait prendre sur l’agressivité, le combat et les ballons aériens. Nous, les trois-quarts, devions réagir.

Face à Castres, il y a eu très peu de déchet…
Oui, et beaucoup d’envie. Même si le ballon était un peu glissant, il y avait énormément de précision.

Aborder la période internationale avec un matelas de points vous rend-il plus sereins ?
Nous allons aller au Racing, qui vient de perdre à domicile, donc on sera attendus. Puis, nous recevrons Perpignan. Ces points d’avance permettent de mieux gérer cette période mais si on peut en engranger encore, ce sera bien pour nous et pour les internationaux qui ne seront pas stressés de voir l’équipe perdre en leur absence. À nous de ne pas trouver d’excuses.

Personnellement, comment vous sentez-vous ?
C’est facile de prendre du plaisir dans ce groupe. Physiquement, je suis bien. Mentalement aussi.

Vous étiez arrière contre Pau et ailier face au CO. Cela change-t-il quelque chose ?
Non. Avec l’expérience, j’arrive à le gérer. Changer de poste ne me pose pas de problème. En début de saison, je n’avais plus joué à l’aile depuis plus d’un an. Il faut toujours évoluer. Je finirai peut-être au centre (rire).

C’est là que vous avez commencé, non ?
Oui, je suis formé au centre. Comme je n’étais pas très solide, on m’a vite poussé à l’aile ou à l’arrière.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?