Amateurs - Fédérale 3 - La Tour-du-Pin contre Saint-Savin, un derby très attendu

  • Derby historique entre la Tour-du-Pin et Saint-Savin qui ne se sont pas rencontrés depuis dix-huit ans.
    Derby historique entre la Tour-du-Pin et Saint-Savin qui ne se sont pas rencontrés depuis dix-huit ans. Photo Fabrice Paccalin
Publié le

Séparés par seize kilomètres, La Tour-du-Pin, longtemps en Honneur, et Saint-Savin, longtemps en Fédérale 2, ne se sont plus affrontés depuis dix-huit ans. Le match de dimanche entre ces deux équipes ambitieuses promet.

Dimanche, La Tour-du-Pin reçoit Saint-Savin pour un derby rare. C’est un match auquel les moins de 20 ans n’ont encore jamais assisté, ou alors ils portaient encore des couches et ne s’en souviennent pas. La dernière opposition entre les deux équipes date en effet du 1er mai… 2003. Premier de poule et assuré de monter en Fédérale 2, Saint-Savin s’était incliné à Beaurepaire contre son voisin (6-15), vainqueur d’un barrage contre Riom pour se hisser à ce niveau.

Stéphane Reynaud et Jérôme Durand, deux des entraîneurs turpinois étaient sur le terrain, respectivement à l’aile et en troisième ligne. Au tour suivant, La Tour-du-Pin s’inclina à… Saint-Savin contre le Rhône Sportif. Ironie de la petite histoire, elle enchaînera par un match contre la même équipe avec un déplacement programmé à Villeurbanne lors de la prochaine journée.

Longtemps séparés par deux divisions d’écart, les retrouvailles sont très attendues. Moins fréquents ces dernières saisons, les échanges entre les deux équipes ont été nombreux. « Saint-Savin était au-dessus de nous et beaucoup de Turpinois partaient là-bas, explique Stéphane Reynaud, qui a porté une saison le maillot jaune et noir. Ça nous piquait un peu. C’était le club qui tournait fort quand on galérait en Honneur. Maintenant, les deux équipes ont des identités très fortes, avec beaucoup de joueurs locaux. » 

Des ambitions similaires

Et les clubs partagent des ambitions similaires : jouer le haut du tableau, si possible en envoyant du jeu. Les staffs se connaissent bien. Laurent Mignot a été le tuteur de Stéphane Reynaud lorsqu’il passait ses diplômes d’entraîneur. Et ce dernier a travaillé avec Eric Genin, professeur d’EPS comme lui, à Vienne. « Je connais aussi certains joueurs pour les avoir eu en cours, rappelle l’ancien ailier. Ils puent le rugby. Devant, un joueur comme le pilier droit, Chopin, est très fort, et derrière, ça va très vite. » 

Diminués par les absences - le buteur, Benoît Grandjean, champion de France Fédérale 3 avec Saint-Savin en 2009, devra patienter pour retrouver son ancien club - La Tour-du-Pin ne doit plus perdre de points pour rester au contact avec la tête. « Saint-Savin développe un beau jeu de mouvement, prévient le coach. Ils sont meilleurs que nous. Ils aiment jouer après contact, ne prennent pas forcément les touches, jouent beaucoup les pénalités à la main. De notre côté, nous nous perdons parfois dans des choix hasardeux. Nous devons faire des choses plus justes. Nous verrons si nous pouvons leur poser des problèmes. » 

Les Turpinois se posaient déjà sûrement la même question à la fin du mois d’avril 2003…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?