XV de France - Composition : c’est quasi officiel pour l'association Jalibert - Ntamack

  • Pour le premier entraînement des Bleus à Marcoussis, ce lundi matin, Romain Ntamack avait la chasuble floquée 12 et Matthieu Jalibert la numéro 10. Photo Icon Sport
    Pour le premier entraînement des Bleus à Marcoussis, ce lundi matin, Romain Ntamack avait la chasuble floquée 12 et Matthieu Jalibert la numéro 10. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

Si l’on en croit les premiers entraînements de la semaine, Matthieu Jalibert et Romain Ntamack seront associés face à l’Argentine. On vous présente ici les atouts d’une telle combinaison…

On a écrit, moult fois même, à quel point on appréciait chez Fabien Galthié la totale transparence en matière de composition d’équipe. Mardi après-midi, à plus de dix jours du premier test face à l’Argentine, le sélectionneur national a donc aligné sur le terrain d’honneur du CNR de Marcoussis ce qui semblait être le XV majeur amené à affronter les Pumas, à Saint-Denis : il y avait là François Cros sur le flanc de la troisième ligne, Demba Bamba à la place habituellement dévolue à Mohamed Haouas, Damian Penaud sur une aile et Matthis Lebel sur l’autre. Quand ses prédécesseurs faisaient tant de grimaces autour du secret absolu de la "compo", Galthié a de son côté choisi une totale ouverture, offrant à ses adversaires, assez tôt dans la semaine, les contours de l’arme dont il se servira le week-end. Comment dire ? Il impose et les autres s’adaptent ? C’est ainsi que l’on appréhende, en tout cas, la façon de faire de l’ancien capitaine du XV de France…

Mardi après-midi, on eut donc le plaisir de confirmer de nos yeux ce que l’on avait pressenti dans ces colonnes quelques jours plus tôt : sur le terrain, Matthieu Jalibert était titulaire à l’ouverture et Romain Ntamack au centre, Gaël Fickou conservant dans cette configuration le numéro 13. Comme les All Blacks ont choisi d’aligner Beauden Barrett et Richie Mo’unga (ou Damian McKenzie), à la façon qu’ont les Anglais d’associer Henry Slade et Owen Farrell (ou George Ford), les Tricolores s’apprêtent donc à démarrer la tournée d’automne avec un deuxième ouvreur, un cinq-huitième, une configuration très courante chez les Anglo-Saxons mais finalement rarement usitée en Top 14, où l’on préfère compter sur deux punchers purs au milieu du terrain.

Facilité par La blessure de Vakatawa

Le duo Jalibert-Ntamack offre pourtant plusieurs avantages : avec la nouvelle règle du "50-22", il permet aux Tricolores de compter sur une arme nouvelle dans le jeu au pied ; l’association des deux prodiges permet également de ménager l’ego de Matthieu Jalibert, qui n’a jamais autant mérité de bousculer le bloc que forment depuis plusieurs années Ntamack et Dupont en club ; la combinaison, pour l’instant à l’essai, arme aussi les Bleus d’un nouveau système de jeu à deux ans de l’ouverture du Mondial ; in fine, la démarche présente l’avantage de pouvoir aligner deux des meilleurs joueurs du monde au même moment, un luxe sur lequel ne s’assoirait probablement aucune équipe de la planète. Au bout du bout, on se dit donc que la blessure aux côtés de Virimi Vakatawa a surtout permis au staff des Bleus d’accélérer le mouvement quant à l’association dont rêvait une partie de la vox populi, depuis quelque temps…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?