Pau : la cure de jouvence de Siegfried Fisi’ihoi

  • À 34 ans, Siegfried Fisi’ihoi, ici à droite aux côté de Quentin Lespiaucq, est toujours vert. Il vient de s’engager pour deux saisons supplémentaires avec la Section.
    À 34 ans, Siegfried Fisi’ihoi, ici à droite aux côté de Quentin Lespiaucq, est toujours vert. Il vient de s’engager pour deux saisons supplémentaires avec la Section. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Le pilier Tonguien Siegfried Fisi’ihoi réalise un très bon début de saison. À tel point qu’il vient de prolonger deux ans avec la Section paloise.

L’information a été révélée quelques jours avant le déplacement à Clermont. le pilier Siegfried Fisi’Ihoi s’est engagé pour deux années supplémentaires avec la Section paloise. Rien de vraiment surprenant au regard de ses prestations depuis le début de la saison. Et pourtant, l’international tongien a fêté ses 34 ans en juin dernier. On pouvait alors s’imaginer qu’il raccrocherait ses crampons en juin prochain. Il est presque le premier surpris de jouer les prolongations quand on lui pose la question : "Je n’avais de plan, je ne m’imaginais pas forcément jouer jusqu’à 36 ans ! Tout dépend de mon corps et de mon ressenti. C’est un mélange de chance avec peu de blessures mais aussi avec une part d’hygiène de vie, autant sur le plan physique que mental, qui font que je me sens prêt à apporter quelque chose à l’équipe ces deux prochaines années. Si je ne me sentais pas capable d’apporter quelque chose à l’équipe je ne le ferais pas."

Un maillon essentiel

Il est évident qu’il en a encore sous le capot puisque ses prestations sont remarquables, s’affirmant comme un maillon essentiel de la Section paloise. Au-delà de ses qualités en mêlées fermées, il est devenu un précieux gratteur de ballons dans le jeu au sol, ce qui n’était pas forcément le cas depuis son arrivée dans le Béarn : "À mon arrivée en Europe, je pensais pouvoir être une plus-value seulement en mêlée et sur les plaquages. Dès son arrivée, Sébastien Piqueronies m’a convaincu que je pouvais être utile autrement, notamment dans les rucks ou il me demande de contester dès que possible. Et je me rends compte que je peux faire ça aussi correctement !" Il est souvent décisif dans ce secteur grâce à sa faculté de déplacement. Siegfried Fisi’Ihoi va vite sur le terrain, que ce soit pour effectuer les tâches ingrates que pour s’échapper ballon en main où il fait des différences. À tel point que l’on en oublierait son âge : "J’ai changé ma manière de manger l’été dernier. Je me sens bien et en forme. Avant je mangeais beaucoup comme aux Tonga, maintenant je fais plus attention mais ma manière de m’entraîner, elle, n’a pas changé. Je me sens bien dans ma tête et mon corps, et ça fait que je joue plus libéré."

Avant de partir en sélection pour disputer la tournée d’automne, le pilier tongien est impatient de retrouver le Stade français, son premier club en France, pour un match qui s’annonce comme un premier tournant dans la saison de la Section : "Nous devons montrer qui nous sommes, et gagner le respect. Nous devons jouer notre jeu non seulement pendant 40 minutes mais sur l’intégralité d’une rencontre. Nous devons être plus complets et, surtout, on doit être persuadés que nous en sommes capables car les deux prochains matchs vont être très importants." Et il espère encore montrer la voie.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?