Contre Nevers, les Montois l'emportent finalement et sans aucun doute

  • Le facteur X, Wame Naituvi, a été une pièce maîtresse de la victoire des Montois face à des Neversois combatifs. Photo Thibault Toulemonde
    Le facteur X, Wame Naituvi, a été une pièce maîtresse de la victoire des Montois face à des Neversois combatifs. Photo Thibault Toulemonde Midi Olympique - Thibault Toulemonde
Publié le

Gênés pendant une mi-temps par des Neversois retors et combatifs, les Montois ont encore une fois su trouver la clé pour finir en apothéose.

Après la défaite de la semaine passée à Montauban, dans une rencontre largement à sa portée, on pouvait se demander si l’embellie qui accompagne le Stade montois depuis ce début de saison n’était pas en passe de s’éteindre. Les Landais ont donné une réponse cinglante face à une équipe de Nevers qui fait pourtant partie des prétendants au top 6. Et ils ont donc finalement glané, pour la cinquième fois de la saison, un point de bonus offensif dans une fin de rencontre palpitante.

Ce succès doit une grande part à la prestation majuscule du paquet montois, félicité après coup par son coach Julien Tastet : « Pour nos avants, c’est certainement ce soir le match référence, face à une équipe très forte dans ce domaine. C’est le match le plus accompli en conquête depuis le début de saison et c’est ce qui nous a permis au final de les faire craquer. C’est encourageant pour la période hivernale à venir durant laquelle il faudra être fort sur les bases. »

Une belle jeunesse

En effet, alors que les Landais s’étaient plutôt appuyés jusque-là sur la vitesse et le mouvement pour faire exploser leurs adversaires, ils ont su cette fois insister un peu plus sur les fondamentaux, faire preuve de patience et de constance dans le combat pour remporter cette rencontre qui n’était pas du tout jouée à la pause.Mais il faut dire aussi qu’ils peuvent compter sur quelques facteurs X comme Wame Naituvi et Lucas Mensa, et sur une jeunesse à l’incroyable talent. Que dire en effet des prestations respectives des deux Léo, Coly le demi de mêlée, et Banos le troisième ligne, sinon qu’elles furent une fois de plus étincelantes. Vingt-deux points dont deux essais inscrits encore par le poisson pilote montois, quand son compère de dix-neuf ans a démontré jusqu’à la dernière action de la rencontre l’étendue de son immense talent. Sauteur, plaqueur, coureur, capable de tout faire avec le ballon, il a éclaboussé de sa classe cette soirée.

Ce n’est donc plus un hasard si le Stade montois est encore, après neuf journées, leader de ce championnat. L’épaisseur de son effectif et la présence en son sein de joueurs déterminants, l’équilibre entre ses lignes, sa farouche volonté de ne jamais rien lâcher et la confiance emmagasinée grâce à un début d’exercice tonitruant, en font désormais un candidat très crédible aux premières places.Mais s’ils veulent finir de s’étalonner, les joueurs à la tunique jaune et noire en auront l’occasion dès vendredi dans un stade Jean-Dauger que l’on imagine déjà bouillant pour un derby basco-landais en forme de combat des chefs. On en salive d’avance.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?