L’Argentine à cœurs vaillants face aux Bleus d'Antoine Dupont

  • Les Argentins ne seront pas favoris lors de ce match inaugural de leur tournée d’automne face aux Bleus. Mais ils auront des arguments à faire valoir, comme leur légendaire sens du devoir. Santiago Carrera (en haut), Marcos Kremer, Tomas Lavanini (en bas à gauche) et le capitaine Julian Montoya (en bas à droite) ne diront pas le contraire.
    Les Argentins ne seront pas favoris lors de ce match inaugural de leur tournée d’automne face aux Bleus. Mais ils auront des arguments à faire valoir, comme leur légendaire sens du devoir. Santiago Carrera (en haut), Marcos Kremer, Tomas Lavanini (en bas à gauche) et le capitaine Julian Montoya (en bas à droite) ne diront pas le contraire. Midi Olympique - Patrick Derewiany - Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Les Argentins s’avancent vers l’équipe de france avec un peu moins de repères qu’espéré. mais Comme à leur habitude, les joueurs de mario ledesma compteront sur leur grinta pour faire douter les bleus. Décryptage avec Mauricio Reggiardo et Benjamin Urdapilleta, deux pumas au regard éclairé. 

Ce France – Argentine sera le premier volet de la tournée automnale mais, pour les Argentins, il revêtira déjà des airs de finale. Car autant l’écrire tout net : pour les protégés de Mario Ledesma, rien sur la planète rugby n’a la saveur d’un match contre le meilleur ennemi français. Mauricio Reggiardo, actuel manager de Provence Rugby et pilier droit des Pumas entre 1996 et 2003 (50 sélections), sait que ses compatriotes seront prêts samedi et explique pourquoi rencontrer les Français est toujours particulier pour un Argentin : « Ce n’est un secret pour personne, beaucoup de Pumas évoluent en France. Il n’y a rien de plus jouissif que de chambrer ses coéquipiers de vestiaires en club en leur rappelant une victoire en sélection. Comme les Français, nous sommes latins, on aime se brancher et pour nous ces matchs entre nos deux patries ont toujours un goût spécial. »
Toujours est-il qu’actuellement, et même si le technicien passé par Castres rappelle à bon escient qu’il faut « jouer les matchs avant de parler de leurs résultats », il est clair que l’équipe de France évolue sur une dynamique beaucoup plus positive que les Argentins. Ces derniers sortent d’un Rugby Championship très délicat, où ils n’ont pas pu rivaliser avec leurs opposants, subissant six lourdes défaites en autant de matchs avec une moyenne de 30 points encaissés à chaque fois.

Peu de vécu commun avant le choc

Sur quoi s’appuyer, alors, pour rivaliser avec ces Bleus qui marchent sur l’eau, amenés par un Antoine Dupont que l’on annonce comme le meilleur joueur du monde à l’heure actuelle ? La « Grinta » et l’envie de chambrer les coéquipiers français ne pourront pas tout faire… La collision face au XV de France étant programmée pour samedi, et les Argentins n’étant réunis que depuis lundi dernier, le temps manque cruellement aux Pumas pour préparer très sereinement cette rencontre. Les Sud-Américains auront au maximum deux entraînements dans les jambes au moment de fouler la pelouse du Stade de France, peut-être trois. Reggiardo reprend : « C’est indéniable, en ce moment, la France a plus de repères. Donc, pour ce match très important pour notre nation, je ne vois pas Mario (Ledesma, le sélectionneur argentin, N.D.L.R.) révolutionner son paquet d’avants. Il va s’appuyer sur des garçons qui ont des automatismes forts et qui se connaissent bien tout en maîtrisant parfaitement le championnat français. »

Difficile à pronostiquer

Fidèles à leur culture, les Pumas devraient aligner un huit de devant costaud et travailleur. « À mon avis, ce sera sans trop de surprise. Il y aura là Tomas Lavanini, Guido Petti, Facundo Isa et notre talonneur et capitaine Julian Montoya. Il sera le guide. Il est bon en mêlée, bon en touche, il sort d’un Rugby Championship très convaincant d’un point de vue personnel avec beaucoup de temps de jeu. Un mec comme Francisco Gomez Kodela, dix ans passés dans le championnat de France, sera aussi important dans le dispositif. »

Quid des arrières, alors ? Pour analyser les trois-quarts argentins, c’est l’ouvreur de Castres, Benjamin Urdapilleta, Pumas aux 15 sélections, qui prend la parole. « Honnêtement, le groupe de trois-quarts est intéressant. C’est un bon mélange entre expérience et jeunesse. Nous devrions voir les premiers pas de Santiago Carreras au poste d’ouvreur, lui qui a plutôt l’habitude d’évoluer à l’arrière ou sur les ailes dans son club de Gloucester. C’est un bon manieur de ballon, relanceur, qui fera vivre l’attaque de l’équipe. Il devrait faire la paire à la charnière avec Tomas Cubelli. Emiliano Bofelli devrait porter le numéro 15 avec toutes les qualités qu’on lui connaît. Aux ailes, je vois bien Moroni et Delguy, qui présentent deux profils différents. Matias (Moroni) est plus un destructeur, un guerrier ; tandis que Bautista (Delguy) est plus fin, plus rapide. Il est capable de mettre le feu dans n’importe quelle défense avec ses appuis. Au centre, là encore, on aura de l’expérience et de la jeunesse avec Jeronimo De la Fuente en numéro 12 et Lucio Cinti en 13. De la Fuente, sans être un deuxième ouvreur, soulage beaucoup le numéro 10, avec un très bon jeu au pied et une bonne passe. Lucio (Cinti), lui, a surtout été vu à VII. Il est encore au début de son histoire avec les Pumas mais il est très prometteur. Il a la particularité d’avoir été amateur jusque très récemment. Il vient à peine de signer son premier contrat pro à XV avec les London Irish. »

Pour Reggiardo comme pour Urdapilleta, il est très difficile de pronostiquer le résultat de cette rencontre. « Les matchs entre les deux nations sont toujours âpres et serrés. Sur le papier, une des deux équipes est un peu devant l’autre… Mais la seule vérité, c’est celle du terrain », conclut Urdapilleta, qui rêve secrètement de chambrer les Français de son vestiaire…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?