Drouin : «Nous avions à cœur d’envoyer du jeu»

  • Caroline Drouin était titularisé à l’ouverture du XV de France féminin. Photo MaxPPP
    Caroline Drouin était titularisé à l’ouverture du XV de France féminin. Photo MaxPPP
Publié le

Médaillée d’argent aux derniers JO, Caroline Drouin est aussi l’une des pièces maîtresses du XV de France Féminin. Elle revient sur cette large victoire face à l’Afrique du Sud.

Comment avez-vous vécu ce premier match contre l’Afrique du Sud ?

D’abord il y avait beaucoup d’impatience à disputer cette rencontre, surtout ici en Bretagne et à Vannes. Il y avait pour moi beaucoup d’émotions de pouvoir jouer devant toute ma famille et mes ami(es) présents à La Rabine.

Comment analysez-vous cette victoire qui semble avoir été trop facile face à ces Sud-africaines ?

Il fallait d’abord aller chercher une victoire. Sur le contenu il y a eu de bonnes choses, même si on peut regretter certaines actions qui n’ont pas été concrétisées. On sait qu’il faudra hausser notre niveau de jeu la semaine prochaine contre la Nouvelle-Zélande.

On a senti une équipe de France très investie. C’est aussi votre sentiment ?

Nous étions toutes très enthousiastes de rejouer devant du public. Nous avions à cœur d’envoyer du jeu car c’est aussi notre ADN que de produire. C’est ce type de jeu que l’on veut prôner.

Comment s’est passée votre association avec Laure Sansus ?

Nous avions à cœur de rester connectées et de privilégier au maximum le jeu derrière. Cette association n’est pas la première et nous prenons de plus en plus de repères ensemble. C’est agréable de jouer ainsi.

Comment vivez-vous le fait d’être performante avec l’équipe de France à 7 et à XV ?

Cela fait déjà plusieurs saisons que nous sommes quelques joueuses faire la bascule entre les deux disciplines. Après les jeux Olympiques j’ai pu couper assez longuement avant de prendre en club. J’ai matché (sic) avec mon club et j’ai rapidement retrouvé les repères.

Les Coupes du monde à 7 et à XV en 2022 sont encore loin. Ce sera difficile pour vous d’être présente sur les deux compétitions ?

Forcément, la Covid n’aura pas arrangé les choses en chevauchant ces deux compétitions. Mais pour ma part, la priorité sera l’équipe de France à XV et la Coupe du monde en 2022.

Vous allez rencontrer deux fois la Nouvelle-Zélande. Le XV de France est-il aujourd’hui capable d’approcher l’excellence néo-zélandaise ?

La Nouvelle-Zélande, championne du monde est ce qui se fait de mieux au monde actuellement. Nous-mêmes sommes actuellement très proches de battre les Anglaises. Sur deux rencontres, ce sera l’occasion de montrer, à un an de la Coupe du monde, que nous sommes prêtes à les affronter.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Propos recueillis par Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?