Lézignan, le champion en verve

  • Pour sa première avec Lézignan, Krisnan In, passé notamment par les Dragons catalans ou encore le Stade français à XV, a réalisé une prestation solide face à Carcassonne.
    Pour sa première avec Lézignan, Krisnan In, passé notamment par les Dragons catalans ou encore le Stade français à XV, a réalisé une prestation solide face à Carcassonne. Photo Georges Navarro - Photo Georges Navarro
Publié le

C’était la revanche de la précédente finale du championnat. Sur son herbe du Moulin, Lézignan a confirmé son titre ens’imposant avec la manière (30-16). Carcassonne a été trop indiscipliné pour prétendre à la victoire.

Après une double confrontation haut-garonnaise ponctuée par autant de victoires face à Saint-Gaudens et Toulouse, les choses plus sérieuses ont commencé hier après-midi pour le tenant du titre lézignanais face à Carcassonne. En effet, l’opposition était de taille. C’était l’affiche de la précédente finale, disputée à Ernest-Wallon le 20 juin dernier et remportée par les Verts des Corbières. Si, lors des précédentes rencontres, le FCL avait sollicité sa jeune garde et aligné une équipe 100 % française, l’encadrement avait cette fois-ci musclé son groupe pour ce derby audois. Mis au repos lors de la journée inaugurale ainsi que dimanche dernier à Toulouse, Antoni Maria a, par exemple, effectué son retour comme titulaire. Et les deux recrues XXL de l’intersaison, Jason Baitieri et Krisnan Inu, l’ex-joueur de Salford, des Dragons catalans et du Stade français, étaient sur le banc des remplaçants.
Ce match au sommet a vraiment tenu toutes ses promesses, tant par la copie rendue par les deux équipes que l’enthousiasme dégagé en tribunes avec un stade du Moulin qui affichait presque complet ! Comme il y a cinq mois, avec son titre de champion de France, Lézignan a confirmé sa suprématie sur sa pelouse.

Benausse au top

Vent dans le dos en première période, le FCL met une forte pression sur son adverse. En souffrance, Carcassonne donne le bâton pour se faire battre. Trop indisciplinés, les Jaune et Noir ont été sanctionnés par la botte de Maxime Benausse, lequel a remplacé Rémi Marginet au pied levé pour un capital de huit unités au tableau d’affichage. Outre sa qualité de buteur, l’ouvreur lézignanais amène une valeur ajoutée dans les séquences offensives. En première période, il a toujours  le geste juste. Comme à la 32e minute quand il délivre une belle offrande à Jordan Flovie pour une réalisation offrant une certaine sérénité à la pause (16-6).
Avec l’avantage du vent en seconde période, l’ASC pense bien redresser la barre et une double réalisation (Dave Francis- Clément Soubeyras) remet les pendules à l’heure (16-16). Mais à l’heure de jeu, le bras de fer s’inverse, ce dont regrette le manager carcassonnais Jean-François Albert : « Il a fallu composer avec ce vent violent. En première période, nous avons souffert. En seconde, nous avons eu notre mot à dire. En fin de match, nous sommes trop indisciplinés. Forcément, face à Lézignan, on doit faire preuve de rigueur. Avec l’expérience de Kris Inu et Jason Baitieri, les Lézignanais ont logiquement arraché la victoire. Il nous faut tirer les leçons de cette défaite. Nous avons deux semaines pour préparer la venue de Toulouse, une équipe qui est plus qu’à prendre au sérieux. »

Dans les rangs lézignanais, la joie domine. « C’était le premier test de la saison et il est brillamment réussi, déclare le coprésident Christian Lapalu. Nous sommes certes satisfaits de la prestation de nos deux recrues de l’intersaison (Baitieri et Inu). Ce qui nous satisfait encore plus, c’est la prestation de notre jeune centre Arthur Salles, 18 ans à peine qui a été vraiment à la hauteur de l’évènement. Avec un stade plein et un avant match plus que réussi, on ne peut pas faire la fine bouche. »

Le 21 novembre, le champion en titre ira chercher la passe de quatre à Villeneuve-sur-Lot. Lors du déplacement à Limoux, le 5 décembre, James Maloney, l’ancien leader de jeu des Dragons catalans devrait faire ses grands débuts sous ses nouvelles couleurs. Le champion 2021 semble plus que jamais candidat à sa propre succession.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?