Une victoire tirée par les cheveux pour le RCV

  • Le numéro 8 argentin de Vannes Francisco Gorrissen a libéré les siens grâce un essai en toute fin de match !
    Le numéro 8 argentin de Vannes Francisco Gorrissen a libéré les siens grâce un essai en toute fin de match ! - Capture-Evenements-Bruno PERREL
Publié le , mis à jour

Dans son parcours chaotique, le RC Vannes a décroché sa troisième victoire de la saison à domicile. Ce qui n’en fait pas encore un adversaire redouté, d’autant que la manière une nouvelle fois aura été loin des attentes.

C’est l’éternelle histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Selon le camp dans lequel on se place, celui de vendredi soir aura été à moitié plein pour les Vannetais et donc, de facto, à moitié vide pour les joueurs de Provence Rugby. Et le fait que cette victoire ait été construite dans les tout derniers instants reflète plus encore la difficulté qu’ont eue les Bretons à l’obtenir. Après une période initiale où les locaux ont fait preuve d’une grande fébrilité et où l’arbitrage parfois sévère et même tatillon par instants du Japonais Takehito Namekawa aura surtout profité à ces derniers (plus de 10 fautes sifflées contre les visiteurs en moins de 25 minutes !) le score de parité reflétait somme tout assez fidèlement les événements.

Et comme un mauvais script déjà lu et relu, les Morbihannais se sont, dès la reprise, enlisés dans un jeu très approximatif, enchaînant les fautes (41e, 43e, 46e et 52e). C’est bien dans cette période que Provence a raté l’opportunité de se mettre définitivement à l’abri au score (13-22). Passée l’heure de jeu, le RCV est revenu dans le match, signe d’une rébellion trop rarement sentie depuis l’ouverture du championnat. Avec, au final, une victoire arrachée dans les deux dernières minutes. Il n’en fallait pas plus pour rendre heureux un collectif breton qui n’avait rien volé sur le caractère légitime de son succès qui pouvait être ainsi revendiqué. Notez qu’à l’inverse, le sentiment aurait été le même si Provence Rugby, dominateur au score entre la 41e à la 78e minute, avait réussi à mener sa barque jusqu’à bon port.

Si dans le camp vannetais, il y avait une sorte de soulagement, la frustration était de mise dans celui d’en face. Mauricio Reggiardo, l’affable entraîneur d’Aix, se projetait au-delà de l’échec. « Il y a, c’est vrai, un peu de frustration et de déception. D’un autre côté, nous avons ramené de Bretagne de la confiance, des choses très positives, notamment l’état d’esprit. Si on fait des rencontres comme celle-là, on gagnera plus de matchs qu’on en perdra. Nous avons été présents dans le combat, en défense et au final, nous avons fait le match que nous voulions faire. »

Kevin Bly : "Nous avions largement la capacité de gagner"

Ancien Vannetais, Kevin Bly, auteur du seul essai de Provence Rugby, traduisait aussi cette insatisfaction. « J’étais très frustré au coup de sifflet final. Nous avons fait beaucoup trop de fautes dans les vingt dernières minutes surtout les dix dernières, qui ont été difficiles car nous étions sous pression. Nous avons redonné trop de munitions à Vannes. Je pense que nous avions largement la capacité de gagner ce match. Nous revenons malgré tout avec un bonus défensif amplement mérité. » Et l’ailier de Provence Rugby de rappeler que l’équipe avait été exempte de reproche sur « l’engagement, le combat et l’intensité » que celle-ci avait pu mettre dans ce match.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?