Coupe du monde : la tentation américaine en 2031

  • Coupe du monde : la tentation américaine en 2031
    Coupe du monde : la tentation américaine en 2031 Abaca / Icon Sport - Abaca / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Candidats à l’organisation des deux prochains mondiaux, les USA semblent bien partis pour obtenir celui de 2031, afin de prendre le temps de se structurer au mieux.

C’est il y a un peu plus d’un mois, le mercredi 20 octobre, que les États-Unis se sont officiellement portés candidats à l’organisation de la Coupe du monde de rugby masculine 2027 ou 2031, ainsi que pour le Mondial féminin 2029. Et si l’édition 2027 semble bel et bien promise à l’Australie (lire ci-dessus), les USA devraient sans grand suspense décrocher la timbale pour 2031 ainsi que pour le Mondial féminin deux ans plus tôt, qui servirait de répétition générale. « Nous avons confiance en la solidité de cette candidature, le soutien dont nous bénéficions, les villes et les stades intéressés pour recevoir des matchs, les infrastructures de haut niveau de notre pays pour les évènements de masse et le potentiel que représentent les amateurs de sports aux États-Unis pour la croissance du rugby », a ainsi déclaré par voie de communiqué Jim Brown, le président de la candidature d’USA Rugby pour la Coupe du monde. Ainsi, ce ne sont pas moins de 29 villes qui ont d’ores et déjà signalé déjà leur intérêt pour accueillir des matchs de la Coupe du monde, dont New York, Las Vegas, Los Angeles ou Boston…

Neuf ans pour se préparer

Il faut en outre préciser que l’échéance 2031 semble d’autant plus plausible qu’elle laisserait au rugby des États-Unis le temps de se restructurer, afin de présenter une sélection de bon niveau. Faut-il le rappeler, les Eagles ne sont jamais parvenus à sortir des poules lors des Coupes du monde et se trouvent même en danger pour la qualification au Mondial 2023, puisqu’ils devront passer par un périlleux barrage face au Chili en juillet pour composter leur billet. D’où une nécessité de restructuration qui passe par une synergie avec le développement du rugby professionnel, encore balbutiant. Après la tentative de Pro Rugby en 2015, les USA se sont dotés d’un nouveau championnat avec la Major Rugby League en 2018, dont la pandémie de Covid-19 a cruellement freiné le développement. L’idée étant donc de laisser quelques saisons supplémentaires au rugby états-unien pour passer la seconde, et arriver en 2031 dans une position similaire à celle de la sélection américaine de football pour « sa » Coupe du monde en 1994. Faut-il le rappeler, cette année-là, les joueurs des USA avaient épaté le monde en se qualifiant pour les quarts de finale de leur compétition, ces bons résultats accélérant la popularité du soccer au pays. Trente-sept ans plus tard, le rugby rêve tout bonnement d’emprunter la même voie, avec les mêmes recettes. Et connaissant leur puissance de feu, rien d’impossible…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?