Béziers veut se mettre au chaud avant la trêve

  • Sias KOEN (Béziers).
    Sias KOEN (Béziers). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après avoir retrouvé le chemin du succès face à Rouen, Béziers se déplace en Bretagne l’esprit bien plus léger.

Rompre la mauvaise série, chasser les doutes, renouer avec ce sentiment du devoir accompli, plusieurs missions que les Héraultais ont tenté d’accomplir face à Rouen la semaine dernière. Si le principal fut acquis, il reste des pistes à améliorer et la victoire ne pouvait qu’être bien accueillie afin de rétablir la confiance. William Van Bost le troisième ligne, de retour aux affaires, qui connaîtra sa première titularisation confirme : "Nous étions sur une spirale négative, gagner face à Rouen a soulagé tout le groupe, mais il reste beaucoup d’améliorations à apporter pour être régulier et tenir un match plein." Même constat pour Pierre Courtaud, le jeune ailier biterrois qui connaîtra également les joies d’une intégration en première, qui souligne les bienfaits de ce contexte apaisé : "On veut bien conclure ce bloc avant de partir en vacances. On sait qu’on doit mettre de la vie dans notre jeu, ça passera par plein d’ingrédients pour ramener un résultat de Vannes."

Si les deux joueurs précédemment cités auront une belle carte à abattre parmi une concurrence féroce, l’état d’esprit revient fréquemment dans les discours.

Duel intense

Un mot d’ordre à l’unisson comme l’évoque William Van Bost : "Je songe d’abord à la performance collective. La prestation individuelle, on verra après. Face à Vannes, on sera méfiants sur plusieurs secteurs. Ils seront motivés pour bien finir à la Rabine, on s’y déplace sans pression, mais en étant vraiment focalisés sur notre plan de jeu et notre cohésion." D’autant que l’ASBH n’a jamais vaincu les Bretons dans son antre depuis sa montée en Pro D2, la tâche s’annonce ardue, une nouvelle mission en quelque sorte que suggère Pierre Courtaud : "Nous irons à Vannes avec de l’envie, on a bossé quelques principes et nous verrons bien le résultat. On ne va pas s’interdire de jouer non plus." De quoi donner lieu à un duel intense, avant un mois de janvier 2022 qui s’annoncera décisif à plus d’un titre pour les troupes de Pierre Caillet.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?