Les Rochelais prêts à bastonner

  • Après leur victoire face à Glasgow, les Rochelais de Pierre Bourgarit devront réaliser une belle performance à Bath pour se rapprocher de la qualification. Photo Icon Sport
    Après leur victoire face à Glasgow, les Rochelais de Pierre Bourgarit devront réaliser une belle performance à Bath pour se rapprocher de la qualification. Photo Icon Sport
Publié le

Vainqueur malmené de Glasgow (20-13) pour son entrée en lice, le vice-champion d’Europe s’est notamment préparé à soigner son entame. Pour moins subir.

Cent cinquante-huit plaquages ! Soit, en moyenne, 4,5 par minute de temps de jeu effectif. La statistique en dit long sur le bras de fer livré, dimanche dernier, par la défense du Stade rochelais face aux Warriors de Glasgow. Mercredi midi, à la sortie de l’entraînement matinal, Romain Carmignani n’a pas manqué d’y faire référence. "En Top 14, le plus gros match que l’on ait fait, c’est cent vingt collisions, contextualise l’entraîneur des avants maritimes. Déjà, tu en as quarante de plus ! C’est vrai que l’on sentait les mecs plus mâchés que d’habitude sur ce début de semaine." Pierre Bourgarit, entre autres, acquiesce. "Ça a pompé pas mal d’énergie. On le voit à l’entraînement, les corps sont quand même marqués. On a un peu de mal à s’en remettre", en sourit le talonneur, sorti du champ de mines écossais avec seize plaquages.

Record du match mais "seulement" six de plus que son propre demi de mêlée, symbole d’une équipe rochelaise, quasi entière, au charbon. D’où un début de semaine axé sur la récupération. Les épaules dans la glace et voilà Tawera Kerr-Barlow, particulièrement endolori lundi, désormais "ready to go !" Traduisez "prêt à partir", à Bath. Avec la ferme intention, collectivement partagée, de ne pas subir autant. "Le but, cette semaine, appuie "Carmi", c’était de tenir la balle et mettre les défenses à mal." "Sur les trente premières minutes, Glasgow a eu 70 % de possession, observe non sans grimacer Paul Boudehent. On n’a pas touché le ballon. Contre Bath, il va falloir se mettre dedans tout de suite et aller plus vite dans tout ce que l’on va faire."

"On dégage une telle puissance"

La lanterne rouge de Premiership a beau être incapable, jusqu’ici, d’arracher un tout premier succès cette saison, le troisième ligne rochelais s’attend au même type d’opposition : "On n’y va clairement pas en se disant que ça va être tranquille. Comme quand ils jouent contre des équipes françaises, ils vont vouloir envoyer beaucoup de jeu, déplacer beaucoup le ballon, mettre de la vitesse."

En même temps, ce typique plan de jeu anglo-saxon n’est pas pour déplaire à Romain Carmignani. Les Warriors pensaient tendre un piège qui s’est finalement refermé sur eux. "Ils veulent nous faire courir, nous épuiser. Nous, on dégage une telle puissance qu’à la sortie, sur les mêlées, les défenses de ballons portés et le jeu au sol, ils laissent beaucoup de plumes. On s’aperçoit qu’autour de la 60e, il y a une bascule, soutient le technicien. C’est là que l’on arrive à faire le break sur ce genre d’équipes qui veulent mettre beaucoup de volume. Elles oublient un peu le profil de nos joueurs et notre puissance. " Les Rochelais, eux, n’oublient pas qu’en cas de "belle performance à Bath, la qualification ne sera pas loin. On l’a préparé comme ça, ce match."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?