Performances et contre-performances

  • Neuvième au classement et avec une jeune génération sans grande expérience Arras ambitionne la cinquième place lors de la phase retour. Photo RCR
    Neuvième au classement et avec une jeune génération sans grande expérience Arras ambitionne la cinquième place lors de la phase retour. Photo RCR
Publié le

Arras - Fédérale 3 -  Les nordistes ont enchainé des résultats assez peu cohérents. la reconstruction de cette équipe se fait avec une jeunesse locale en manque d’expérience.

Pour les Arrageois, il est donc possible de battre un leader, juste après avoir essuyé un revers contre l’avant dernier ! Cette incohérence est survenue il y a trois semaines quand les Nordistes ont fait tomber Bobigny chez eux (24-17) à la suite de leur défaite à Soissons (32-25). Dans leur parcours à seulement trois succès, on peut voir aussi que les Arrageois s’étaient imposés au Pays-de-Meaux au mois d’octobre (20-26), ce que seul Amiens est parvenu à faire également. Ces comportements à la limite du paradoxal ont une origine identifiée : la jeunesse. Les Arrageois jouent avec une équipe dont la moyenne d’âge ne dépasse pas les 22 ans. Derrière leur capitaine et talonneur Thibaut Guyonnet, le doyen du groupe du haut de ses trente ans, il n’y a que des jeunes pousses écloses directement au sein de la pépinière du club. Exception faite d’Augustin Legros, 22 ans au compteur, qui est parti se tanner le cuir durant deux ans à Marcq-en-Baroeul, les autres ont suivi le cursus interne. Et ils sont devenus un peu trop rapidement les tauliers de cette équipe en reconstruction permanente. La plupart des aînés qui ont connu la lente dégringolade du club s’en sont lassés. Et cette jeune génération sans grande expérience, est arrivée en seniors en pleine crise sanitaire.

Deux anciens au chevet

Depuis deux ans, en guise d’apprentissage, avant cette saison de la reprise, ils allaient d’entraînements annulés en saisons amputées. Et si la période a impacté toutes les formations de France et de Navarre, l’inexpérience de ce groupe l’a limité encore davantage dans sa progression. " Mais le potentiel est bien là, et je pense que nous pouvons viser bien plus haut que notre neuvième place lors de la phase retour. Moi, je vise la cinquième place", commente l’entraîneur Christophe Lobbe-Sikoti, revenu au club de ses amours en pompier de service. L’ancien centre a joué à Arras dans les années 2000, et notamment quand le club était soutenu par Gervais Martel, l’ancien président du club de foot de Lens. Il a tapé à la porte du pro D2 en 2002, battu par le Lou en demi-finale d’accession. Il a joué ensuite une finale de Fédérale 2, perdue contre le Carcassonne de Christian Labit.

À l’intersaison, à la suite de la démission de son prédécesseur Anthony Scellers, après deux saisons éreintantes, l’ancien joueur des années glorieuses avait donc été appelé par les présidents. Au mois d’août, il était tout seul comme responsable sportif, avant de faire revenir Hervé Péchon, l’ancien entraîneur de la réserve. Tous les deux conduisent l’ensemble du groupe senior depuis quatre mois. "C’est une équipe en construction avec un staff en construction : par essence, cette situation implique un processus de maturation lente, explique Christophe Lobbe-Sikoti. Mais compte tenu de l’envie de nos jeunes joueurs, et encore une fois, de leur potentiel, je suis certain que nous allons réaliser une phase retour étonnante."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?