À Castres, La Rochelle manque son coup

  • Ihaia West (La Rochelle).
    Ihaia West (La Rochelle). Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Outre le fait d’être un très bon joueur de rugby, Jérémy Sinzelle possède un autre talent. Il est extralucide. Dans la semaine, il avait lancé cette phrase, comme une prophétie : "Si c’est le moment d’aller claquer un résultat à l’extérieur ? À chaque fois que l’on se dit ça et qu’on va à Castres, on en prend 30. Castres, on le prépare toujours très mal… Il faut se dire les choses aussi." Si l’on voulait chipoter, on pourrait dire que le trois-quarts s’est trompé d’une petite unité dans son pronostic. Mais sa funeste prophétie s’est accomplie : le Stade rochelais en a pris trente. Trente et un, pardon.

Alldritt : "On fait n’importe quoi"

Conscients du fait qu’ils se rendaient droit dans la gueule du loup en posant le pied à Pierre-Fabre, les Maritimes ont soigné leur entame : à tel point qu’ils menaient 24 à 3 après 23 minutes de jeu. À ce moment-là, on s’est dit que les Castrais ne reviendraient plus. Manqué. À l’issue du match, le capitaine Greg Alldritt – encore excellent, au demeurant – ne cachait pas sa colère : "C’est une énorme déception. On n’a pas le droit de perdre quand on mène 24-3 à la 25e minute. On n’aurait jamais dû arriver à ce scénario à la dernière minute. Le match, on doit le tuer bien avant la sirène. On est sortis du système, chacun fait la sienne et comme depuis plusieurs matchs à l’extérieur on fait n’importe quoi". Même s’il n’était pas animé de la même colère, le manager rochelais Ronan O’Gara dressait un constat sans concession : "C’est frustrant et décevant pour tout le monde. On est encore en train d’apprendre des choses… Un match, ça dure quatre-vingts minutes, aujourd’hui il y a eu du mieux par rapport à nos derniers matchs à l’extérieur."

Sept points récoltés à l’extérieur

Les deux hommes n’expriment pas leur déception de la même façon, mais entre les lignes, un thème revient : le Stade rochelais n’est pas assez performant à l’extérieur. Et les chiffres le confirment : avant ce match, les Maritimes, n’avaient ramené que six points de leurs déplacements. Un bilan maigre par rapport à leurs concurrents pour la qualification directe comme l’UBB (15 points), Toulouse (12), Montpellier (17), Castres (9) ou Lyon (8). Sur les matchs à l’extérieur, le Stade rochelais est donc le mauvais élève du top 6. Les joueurs en étaient parfaitement conscients, et leur excellente première demi-heure montre bien qu’ils comptaient en finir avec cette lacune. "On va garder cette première mi-temps pour la suite, et on peut aussi tirer du positif de ce match même si, à chaud, c’est compliqué de le faire", pestait Alldritt. En effet, les Rochelais pourront se réconforter en se disant qu’ils n’ont concédé que sept pénalités (contre 15 pour leurs adversaires), qu’ils ont battu pas moins de 22 adversaires, franchi à cinq reprises et qu’ils ont globalement dominé les secteurs de la mêlée fermée et du jeu au sol. Donc oui, la Rochelle reste une équipe terriblement dangereuse. Il ne lui manque qu’un peu de constance et de sang-froid pour franchir un cap loin de son stade de Marcel-Deflandre…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?