À Biarritz, l’Usap envers et contre tout

  • L'Usap devra faire bloc pour tendre vers les places signifiants le maintien
    L'Usap devra faire bloc pour tendre vers les places signifiants le maintien Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les Catalans n’arrivent pas, loin de là, dans les meilleures conditions au Pays basque. Pourtant, il faudra être forts et en forme pour ce match crucial qui peut marquer une bascule dans la lutte pour le maintien.

L’Usap revendique l’image d’un groupe et un club de caractère. Ce tempérament sacré va être mis à rude épreuve samedi à l’occasion d’un déplacement ô combien important et symbolique sur la pelouse de son principal concurrent.

L’enjeu, déjà, dit tout de la pression amenée à poser sur les épaules des quarante-six acteurs du jour : les deux adversaires, treizièmes à égalité, comptent 19 points au classement et le perdant, s’il aura encore onze rencontres pour inverser la tendance, se retrouvera en ballottage défavorable dans la lutte pour le maintien. Le contexte de l’affrontement du jour alourdit le décor : l’Usap aura le désavantage du terrain - même si Aguilera sera cette fois bel et bien soumis à la jauge des 5 000 spectateurs - et de la dynamique du moment. Les rivaux restent tous deux sur trois revers, certes, mais les Basques ont impressionné à Bordeaux en menaçant jusqu’au bout le leader, un effort récompensé par un précieux bonus défensif.

« Une dépense d’énergie »

Les Catalans, de leur côté, avancent comme ils peuvent. La préparation du déplacement au Stade français avait déjà été largement contrariée avec six absents pour cause de contaminations : « Quand l’on regarde les compositions d’équipe entre le match de Castres et celui de Paris, il ne faut pas être devin pour voir que le Covid a eu un impact », souligne le directeur général du club, Bruno Rolland. Cette semaine encore, les troupes sang et or ont dû composer avec tout un tas d’aléas : trois nouveaux cas ont été enregistrés lundi, l’entraînement suivant a été annulé, la demi-douzaine d’absents de la semaine passée a repris seulement ce jeudi… « On est dans l’adaptation permanente et ça occasionne une dépense d’énergie que l’on ne met pas ailleurs, à commencer par la préparation du match. Ce n’est pas l’idéal pour le staff comme pour les joueurs. »

L’Usap devra puiser dans ses ressources mentales et physiques pour réaliser l’exploit à Aguilera. Et forcer son destin en ajoutant enfin de la maîtrise à un rugby balbutiant. Entre le bras de fer annoncé en conquête, secteur où elle s’est jusqu’à présent montrée trop irrégulière, la terrible guerre du jeu au sol, point fort du BO, et l’allant actuel des lignes arrière basques, le défi biarrot nécessitera une performance aboutie. Un ou deux crans au-dessus, au moins, de celles réalisées à Montpellier en juin dernier ou à Aimé-Giral en septembre face à ce même rival. Avec ses fers de lance Lam ou encore Lemalu devant, encore ses individualités Jaminet, Duguivalu et autres De La Fuente derrière, et surtout la force de son collectif, Perpignan en possède les moyens. Et le tempérament. Malgré toutes les mésaventures...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?