Excellence B - Bizanos marche sur l’eau

  • C’est face à Nogaro que l’opposition fut la plus dure, estime Quentin Morlas, avec le ballon. Photo Cyril Szakolczai
    C’est face à Nogaro que l’opposition fut la plus dure, estime Quentin Morlas, avec le ballon. Photo Cyril Szakolczai
Publié le

Excellence B - Après avoir enchaîné les saisons prometteuses pleines de regrets ou forcées à l’arrêt, la réserve de Bizanos carbure de nouveau à plein régime avec une première place nationale. De quoi viser très haut…

Quarante-cinq points sur quarante-cinq possibles ! C’est le bilan absolument parfait à mi-saison de la réserve de Bizanos, engagée en Excellence B. Rien ne résiste aux Bizanosiens, qui ont confirmé avant la trêve de Noël leur suprématie, en disposant de Nogaro (30-18), alors que les Gersois auraient pu s’emparer du fauteuil de leader en cas de victoire. "Nogaro était l’équipe la plus accrocheuse que l’on a rencontrée", assure le talonneur Quentin Morlas. Mais qu’importe, avec sept points d’avance, Bizanos domine la poule 11 et même la catégorie au niveau national. Seul le club des Angles (30) prétend à un tel bilan (40 points en huit matchs disputés). Pour expliquer un tel niveau de performance, l’entraîneur Marc Mellado évoque l’homogénéité du groupe seniors à l’Avenir Bizanos : "Il n’y a pas de grosse différence entre la une et la deux." Quentin Morlas, qui a déjà évolué en première au troisième échelon fédéral, ajoute : "C’est mon avis aussi. Ça monte, ça descend, tout le monde joue dans les deux équipes, ce qui fait deux bons groupes qui arrivent à bien performer tous les week-ends."

Deux ans et demi sans perdre un match

La domination bizanosienne n’est pas nouvelle. Les deux dernières saisons, arrêtées par les instances en raison de la pandémie, voyaient déjà les Béarnais en tête de tous les classements. "La saison d’avant, on perd trois matchs, le dernier en phases finales sur un terrain détrempé. On avait une sacrée équipe, se souvient l’entraîneur. On perd de deux points contre les Basques de Mouguerre, qui finissent champions de France haut la main." Depuis, des jeunes de la formation du club sont montés en seniors mais sans altérer l’humeur générale du groupe. "C’est vrai qu’il y a un groupe important de Bizanosiens, issus du club. Et c’est surtout vrai en B, poursuit-il. L’école de rugby tourne très bien et aujourd’hui, plusieurs générations cohabitent très bien." Là aussi Quentin Morlas est un exemple type puisqu’il a connu toutes les catégories de Bizanos depuis l’âge de 5 ans. "On est quasiment tous de Bizanos", surenchérit-il. Une belle bande d’amis, donc, mais ce qui ne l’empêche pas d’être très sérieuse. C’est ce qui surprend leur entraîneur : "On a vraiment de joueurs de très bons niveaux, et surtout avec un état d’esprit irréprochable. La façon dont ils travaillent, quel que soit le joueur qui descend ou qui monte, est fabuleuse." Pour lui et ses partenaires du staff Jean-Marc Vergé et Julien Rey-Trichot, c’est donc une chance de coacher une équipe réserve pareille. De quoi l’emmener jusqu’en haut ? "Je ne vais pas porter l’œil en disant qu’on rêve d’aller au bout. Mais c’est sûr qu’on y pense depuis toujours. On verra à la fin de la saison si on y arrive", sourit le talonneur.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Quentin PUT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?