Le FCG doit gagner pour ne pas plonger

  • Lourdement défaits à Oyonnax la semaine dernière, les Grenoblois d’Adrien Seguret veulent profiter de la venue de Vannes pour se rassurer un peu. Photo Bruno Perrel
    Lourdement défaits à Oyonnax la semaine dernière, les Grenoblois d’Adrien Seguret veulent profiter de la venue de Vannes pour se rassurer un peu. Photo Bruno Perrel
Publié le , mis à jour

Battus lourdement à Oyonnax lors de la précédente journée, et touchés dans leur orgueil, les Grenoblois sont attendus au tournant face à Vannes.

La nouvelle année n’a pas débuté comme le FCG l’espérait, car si de son déplacement à Oyonnax, Grenoble espérait montrer son renouveau, c’est plutôt un retour en arrière qui a eu lieu et qui a replongé l’équipe dans le doute. Jouer le maintien désormais ? "Il faut que l’on ait cette peur-là", répondait avec franchise le troisième ligne Antonin Berruyer, dans les travées du stade Mathon. Désormais 12e (28 points) avec seulement quatre points d’avance sur le premier relégable, Bourg-en-Bresse, Grenoble n’a plus aucune marge de manœuvre. Pour l’entraîneur Fabien Gengenbacher, "on finit l’année avec de la honte, on la démarre négativement. Il faut remettre le bleu de chauffe et continuer à avancer. Surtout ne pas baisser la tête, il y a des échéances qui arrivent", à commencer par la réception de Vannes ce vendredi au Stade des Alpes, face à un public qui sera attentif…

Un groupe touché dans son orgueil

Ce qui ressortait de la dernière rencontre, c’est avant tout un groupe marqué, touché dans son orgueil et forcément frustré de ne pas trouver les solutions. Pour autant, le travail est au rendez-vous. La question qui se pose maintenant concerne forcément les choses qui vont devoir changer pour y arriver, pour parvenir à enchaîner de bons résultats et relever la tête ? Les Isérois ont déjà fait un travail sur leur jeu, avec une demande du staff de voir davantage de libertés dans le camp adverse, pour permettre davantage de spontanéité et essayer de créer de la surprise pour l’adversaire. Cela va également passer par une série de résultats, car mis à part le déplacement à Bayonne dans le bloc actuel, les prochains adversaires sont tous à portée de fusil du FCG au classement. Et ce tournant qui se profile d’ici la mi-février sera capital. Vannes ce vendredi, puis Rouen, Agen, Aurillac ou encore Béziers, voilà les prochains cols à gravir pour des Isérois qui en ont malheureusement pris l’habitude depuis l’an dernier, mais qui ont montré aussi par le passé qu’ils avaient ces ressources.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Julien PLAZANET
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?