Mondial 2025 en France : Castex ouvre les bras aux treizistes

  • De gauche à droite, Caroline Cayeux (présidente de "Villes de France"), Luc Lacoste (president de la Fédération), Jean Castex (Premier ministre), Roxana Maracineanu (ministre déléguée aux Sports), Thierry Teboul (directeur général de l’Afdas), Kamel Chibli (vice-président de "Régions de France") et Claude Revel (présidente du GIE France Sport Expertise) entourent le trophée Paul Barrière.
    De gauche à droite, Caroline Cayeux (présidente de "Villes de France"), Luc Lacoste (president de la Fédération), Jean Castex (Premier ministre), Roxana Maracineanu (ministre déléguée aux Sports), Thierry Teboul (directeur général de l’Afdas), Kamel Chibli (vice-président de "Régions de France") et Claude Revel (présidente du GIE France Sport Expertise) entourent le trophée Paul Barrière. DR
Publié le

Mardi matin, le rugbyphile Jean Castex a annoncé qu’en 2025, la Coupe du monde de rugby à XIII se disputerait sur le sol français. Ce faisant, le Premier ministre a en quelque sorte rendu ses lettres de noblesse à un sport si longtemps mis au ban.

Mardi matin, au ministère de la Cohésion des Territoires situé avenue de Ségur, dans le VIIe arrondissement parisien, le chef du gouvernement, Jean Castex, a incontestablement donné au Mondial de rugby à XIII, dont le coup d’envoi sera donné en 2025, une dimension nouvelle. L’officialisation de l’évènement par le bras droit du président Emmanuel Macron fut d’ailleurs retransmise en visioconférence mondiale, plusieurs dizaines de journalistes de tous les continents ayant assisté à la cérémonie d’une compétition qui aura la particularité de réunir sur plusieurs semaines quatre compétitions en une seule : les femmes, les hommes, les jeunes et les licenciés du rugby fauteuil.

Rugbyphile, Jean Castex est d’ailleurs connu pour n’avoir jamais manqué un match de Prades, le club de la ville dont il fut longtemps l’édile. à ce sujet, Gilbert Angles, le président du club local, nous racontait il y a peu : "Jean Castex, bien que gersois, est marié avec une Catalane. C’est grâce à elle qu’il est arrivé à Prades, dont il a été élu maire en 2008. Jean, c’est un fidèle, un passionné. Le dimanche après-midi, il était toujours en tribunes, autour du terrain puis dans les vestiaires. Il connaissait tous les joueurs par leur prénom."

"Le XIII a survécu au funeste régime de Vichy"

Supporter de l’Usap (il était à l’Arena lors du dernier match des Perpignanais face au Racing 92) et des Dragons catalans, Jean Castex a toujours soutenu les deux entités ovales les plus importantes des Pyrénées-Orientales. Accompagné ce mardi matin par la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, il expliquait en préambule : "C’est un grand moment pour le rugby à XIII, un sport que je connais bien. C’est un moment historique, même, puisqu’en 1934, c’est en France que l’idée d’une Coupe du monde est née. Si ce beau projet n’a pas abouti, les promoteurs sont néanmoins parvenus à survivre à l’interdiction prononcée à l’encontre de leur sport par le funeste régime de Vichy et c’est en 1954 qu’a donc eu lieu la première édition de cette Coupe du monde, avec une finale au Parc des Princes. Passons rapidement sur le fait que, devant 30 000 spectateurs, la Grande-Bretagne y avait battu la France en finale… Aujourd’hui, le retour du trophée Paul-Barrière dans le pays fondateur de la compétition sera aussi l’occasion de célébrer le 130e anniversaire du rugby à XIII."

"Maintenant, il faut gagner !"

Jean Castex, qui annonçait hier chez nos confrères de France Télévisions les nouveaux contours du protocole sanitaire dans les écoles, poursuivait ainsi : "J’écarte ici tout soupçon disant que je porterais pour le ballon ovale un amour immodéré… Le rugby n’est pas seulement un goût personnel, c’est aussi une passion française. Le gouvernement apporte donc son soutien sans réserve à cet événement parce qu’il participe au développement de la pratique sportive dans le pays. En ces temps de crise sanitaire, elle a une importance évidente et à ce titre, le budget du ministère des Sports a été augmenté de 20 % ces deux dernières années. […] En 2025, les tarifs des places seront également très attractifs ; nous y veillerons. Chers amis treizistes, il faut faire en sorte que cette Coupe du monde crée des vocations nouvelles et nous stimule pour gagner des titres." Après un discours enlevé, chaleureux, le Premier ministre concluait ainsi : "Maintenant, le plus dur commence : quand on joue à domicile, il faut gagner ; c’est l’objectif que je vous assigne !" Le message est passé…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?