Bourg-en-Bresse et Aix se neutralisent dans un match où chaque formation a eu sa mi-temps

  • Bourg et Aix se neutralisent dans un match où chaque formation a eu sa mi-temps
    Bourg et Aix se neutralisent dans un match où chaque formation a eu sa mi-temps Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

À chacun sa mi-temps. Bourg et Provence partagent les points dans un match que les Bressans n'ont pas réussi à tuer, après un bon premier acte, et que Provence avait l'occasion de renverser à la sirène.

Un manque de constance sur 80 minutes et forcément un peu de frustration. Ce constat vaut tout autant pour Bourg que pour Provence à l’issue de leur confrontation soldée par un match nul, 24 à 24.

Dans un épais brouillard, les Bressans ont d’abord déroulé pendant toute la première période. Sur un bon rythme. « Nous avons joué contre une équipe de morts de faim à ce moment-là », constate le manager aixois Mauricio Reggiardo. Les Burgiens trouvent de l’avancée et mettent à mal leurs adversaires.

Sur les 23 premières minutes, les locaux jouent à quatre reprises des petits jeux au pied dans le dos d’un ailier adverse. Avec réussite puisque Hugo Dupont trouve ses ailiers Thibault Perrette puis Christiaan Erasmus pour deux essais. « Nous savions qu’ils avaient une défense très serrée qui fermait beaucoup les extérieurs, indique le manager burgien Fabrice Estebanez. Et le jeu au pied est avant tout une arme offensive, il faut que l’on s’en serve. Les joueurs l’ont bien fait sur la première période. Cela a été efficace, nous avons marqué deux beaux essais.» 

Mais ensuite, Bourg ne réussit pas à contenir le retour de Provence. Physiquement déjà. Et sans doute mentalement un peu aussi. Avec une perte de lucidité bien sûr due à l’état physique des troupes. Mais aussi avec la crainte de se voir doubler sur le fil. Poussés dans leurs retranchements, les Violets affichent alors du déchet technique ne permettant pas de conserver un précieux succès dans leur course au maintien.

La révolte de Provence

En face, les Provençaux se sont en effet bien réveillés après la pause. « L’équipe a montré du caractère et du cœur, énonce Mauricio Reggiardo. Nous avons fait 40 minutes contre Béziers, cela nous a suffi pour gagner. Et là, nous en faisons 40 et cela a suffi pour faire match nul. À nous de faire 80 minutes… » 

Un banc très jeune (Tarel, Drouet, Suta) a amené un certain enthousiasme. Un allant qu’il faut associer à un pragmatisme en termes d’occupation au pied et d’une domination en conquête. Patients, les Provençaux capitalisent d’abord sur la botte de Massip pour réduire l’écart. Avant d’imposer leur puissance en scorant sur ballon porté par Witt. Les Provençaux ont alors la main mise sur le match, ne laissant que des miettes aux Bressans. Alors qu’ils évoluent pourtant à 14 contre 15 après un carton rouge reçu par Piazzoli (71e).

Après la sirène, les visiteurs recollent complètement au terme d’une longue séquence balayant toute la largeur du terrain et envoyant l’ailier Drouet inscrire l’essai de l’égalisation. Les visiteurs ne sont pas loin de réussir à renverser complètement l’issue de la partie puisque Massip manque la transformation du bord de touche après la sirène. Malgré ce 0-18 réussi dans le deuxième acte, Provence doit donc se contenter du nul. Comme Bourg, qui poursuit tout de même une série positive de deux victoires et un nul sur les trois derniers matchs.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?