Colomiers vers des jours meilleurs après une frayeur face à Rouen ?

  • Karl Chateau, arrivé début décembre à Colomiers, a été précieux dans la victoire haut-garonnaise contre Rouen.
    Karl Chateau, arrivé début décembre à Colomiers, a été précieux dans la victoire haut-garonnaise contre Rouen. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany - Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Les Columérins se sont fait peur, en étant notamment menés de 13 points. Mais à la fin, ils l’emportent grâce à de la puissance et du rythme. Rouen, en revanche, peut nourrir des regrets.

Qu’il est difficile de tirer des enseignements de ce genre de rencontres et de juger si le verre est vide ou plein… Dans un premier temps, les Rouennais ont effectué le match parfait. Bénéficiant d’erreurs évitables de Colomiers, ils ajoutaient des points à chaque incursion dans le camp adverse. Dans un très grand soir, Peter Lydon, repositionné à l’ouverture, convertissait tous ses coups de pied en or. « On s’est arrêté de jouer à un moment et c’est dommage, regrette Karl Chateau. On est retombé dans ce ping-pong dans lequel ils avaient un joueur hyper important. Leur numéro 10 nous a mis en difficulté à de nombreuses reprises. » 

Car au-delà de sa précision face aux perches, la longueur de son jeu au pied a constamment maintenu les locaux dans leur camp… Grâce à son numéro 10 irlandais, le Rouen Normandie Rugby a agrandi son écart jusqu’à 13 points. « On a bien attaqué et des fois quand tu attaques bien, ça peut embourber l’autre équipe qui a du mal à s’y remettre, remarquait Nicolas Godignon, manager de Rouen. On a été généreux et je nous ai trouvés opportunistes aussi. »

Des satisfactions pour Rouen

Mais c’est là que le verre se remplit, mais pour Colomiers. Car en dépit de cette entame catastrophique, les partenaires de Mihai Macovei ont su se mobiliser pour apporter du sérieux dans leur prestation. La fin de la première mi-temps, de même que le retour des vestiaires a montré les intentions des locaux, déterminés à enclencher une dynamique de résultats positive. « Notre discours à la mi-temps a été simplement de garder notre confiance et de garder la possession pour mettre notre jeu en place, rapportait l’entraîneur des avants columérins Fabien Berneau. On sentait qu’on était dangereux dès qu’on avait le ballon. » 

Et quand la réussite n’échappe pas à la Colombe, cela donne des essais comme celui d’Alexis Palisson, où la balle flirte longtemps avec la ligne de touche sans sortir. Par ailleurs, l’apport du banc a souligné l’importance du retour de plusieurs joueurs tels que Jean Thomas. Le début d’une nouvelle période plus clémente pour Colomiers ? « J’espère que tous les voyants sont au vert, répondait celui-ci. Il nous manque quelques joueurs importants de l’effectif. Mais j’étais très content de revenir et je sais que d’autres suivront. C’est vrai qu’on a eu des moments difficiles avec les nombreuses blessures et les cas de Covid-19. »

Quant aux visiteurs, la défaite contre Bourg-en-Bresse a été en quelque sorte effacée par cette très bonne prestation à Michel-Bendichou. « C’est un bon point de pris, relativisait Fabien Vincent. Pas sûr que tous nos concurrents directs au maintien prendront un point à Colomiers… » Malgré la série de six revers les partenaires de Mathieu Bonnot ne sont pas relégables. Leur sursaut d’orgueil dans les derniers instants aura sans doute des conséquences à la fin du bal.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin PUT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?