Affaire Altrad - Laporte : le pré-rapport du procureur ne mentionne pas France 2023

  • Mohed Altrad et Bernard Laporte.
    Mohed Altrad et Bernard Laporte.
Publié le

Au fil d’un document d’une vingtaine de pages, synthèse de l’enquête des agents de la BRDE, le procureur de la République, françois-xavier dulin, retient un certain nombre de charges contre Mohed Altrad et Bernard Laporte. en revanche, son pré-rapport écarte tout soupçon sur le dossier France 2023, au sujet duquel les enquêteurs avaient pourtant fait des investigations.
 

Nous vous annoncions lundi dernier que le président de la FFR, Bernard Laporte, et le patron du MHR, Mohed Altrad, à ce jour présumés innocents, seraient jugés en septembre 2022 au tribunal correctionnel de Paris. Le renvoi des deux hommes devant une cour de justice fait ici suite à une enquête de plusieurs années menée par les agents de la BRDE, la Brigade de Répression de la Délinquance Économique. L’investigation des policiers, achevée il y a plusieurs mois, fut récemment ponctuée par une note établie par le vice-procureur de la République, François-Xavier Dulin, et envoyée aux différents protagonistes de l’affaire. Ce pré-rapport, vraisemblablement conclu en décembre dernier, est en réalité une synthèse du dossier d’enquête de la BRDE ; s’il donne une idée de ce que le magistrat souhaitera bien retenir des différents délits listés par les policiers, il ne définit en rien les chefs d’accusation qui pourraient être retenus contre le président de la Fédération et l’entrepreneur héraultais, chefs d’accusation qui ne seront connus qu’au printemps prochain. Qu’apprend-on, dans la synthèse du viceprocureur ?

Si le magistrat évoque un possible trafic d’influence et une prise illégale d’intérêts concernant les deux hommes (Laporte et Altrad), il ne semble pas retenir l’intégralité des charges listées par les agents de police. En marge de ce dossier, il pose également des questions complémentaires à Claude Atcher et son bras droit chez Score XV, Benoit Rover. Surtout, il n’apparaît dans cette note de synthèse aucune mention à France 2023. Pour rappel, les enquêteurs de la BRDE avaient étendu leurs investigations jusqu’aux conditions d’obtention du Mondial 2023 en France. En août 2020, le Canard Enchaîné indiquait ainsi que des « responsables de la trésorerie de la FFR », avaient été entendus avec des questions posées sur le process préalable à l’attribution de la Coupe du monde à la France, le 15 novembre 2017 et suite à un vote du council de World Rugby, à Londres. Si l’on suit le raisonnement du vice-procureur Dulin, le dossier France 2023 ne contiendrait donc la moindre anomalie.

 

Jean-Daniel Simonet n’est pas cité

Le vice-président de la FFR, Serge Simon, apparaît également dans la note de synthèse du magistrat. Il y est seulement mentionné pour avoir demandé à Didier Méné, alors patron des arbitres, de dépêcher un directeur de jeu pour la rencontre entre Montpellier et le Racing 92, précédemment annulée par la Ligue Nationale de Rugby… Des broutilles, semble-t-il ? Le président de la commission d’appel de la commission de discipline, JeanDaniel Simonet, à qui il fut reproché d’avoir supposément et sous ordre de Bernard Laporte revu plusieurs sanctions rendues à l’encontre du MHR à la baisse, ne serait de son côté pas mentionné dans la note de synthèse. De toute évidence, et si cela se confirme dans les semaines à venir, il ne devrait pas être jugé à l’automne.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?