Après avoir vaincu Mont-de-Marsan, Vannes regarde enfin devant

  • Les Vannetais d’Erwan Dridi ont signé leur meilleure performance de la saison, face à Mont-de-Marsan.
    Les Vannetais d’Erwan Dridi ont signé leur meilleure performance de la saison, face à Mont-de-Marsan. Photo Bruno Peyren - Photo Bruno Peyren
Publié le

Le RCV a confirmé vendredi soir dernier son renouveau. Un succès qui éloigne un peu plus les Bretons de la zone rouge et, pour la première fois, leur permet de regarder devant. Avec prudence.

L’entraîneur vannetais avait dit avoir coché ce match. Et ce pour deux raisons évidentes : la première, il s’agissait d’effacer des mémoires la "douille" d’une sinistre soirée lors du match aller dans les Landes qui avait traumatisé le groupe ; la deuxième, une victoire contre ces mêmes Landais constituait la meilleure des préparations du prochain rendez-vous à Agen. Contrat rempli donc à la fois sur le contenu et sur un plan purement mathématique.

Encore à dix points de la sixième place vendredi, le RCV s’en est approché pour n’en être plus qu’à sept. Au train où vont les choses, il est permis de penser que cet objectif de la qualification ne constitue plus une utopie. Mais prudence étant mère de sûreté, le patron vannetais ne cachait pas qu’une «prochaine défaite à domicile pourrait nous replonger dans la course au maintien» et, a contrario, «une victoire à l’extérieur pourrait nous faire basculer dans la course à la qualification». Vannes se trouve donc au milieu du gué. Et pour ce dernier, l’équipe «n’aura sécurisé son maintien que lorsqu’elle laissera les équipes derrière à plus de trois victoires».

«Nous avons retrouvé de la maturité»

Pour l’encadrement technique, ce match a été abouti et accompli. Ce résultat doit d’abord «au fait que nous ne nous sommes pas affolés. Nous avons su être patients et prendre les points sur nos temps forts. La manière dont nous avons construit cette victoire montre que nous avons retrouvé de la maturité dans le jeu» analysait Lilian Saseras, auteur d’une prestation convaincante.

Le fait d’avoir laissé échapper le bonus offensif n’est pas de nature à générer une frustration. Le même Saseras : «Prendre ce bonus aurait été, quelque part, manquer de respect à nos adversaires. Ce bonus n’a jamais été un objectif en soi au coup d’envoi». Le score, donc, parle de lui-même pour situer le niveau de performance de cette équipe vannetaise. Dans sa globalité, il reste mérité. Avec une première demi-heure généreuse mais moins confuse, le RCV aurait même pu se détacher plus vite au score : pas moins de quatre opportunités oubliées en route (deux avant la 17e minute, puis aux 22e et 27e minutes) avaient laissé la RCV, à la pause, avec un viatique de six points seulement. En restant dans son plan de jeu en seconde période, en ne laissant que peu d’espaces à son adversaire, le collectif a su alors franchir et, cette fois, il en a profité pour alimenter le tableau d’affichage.

Quand on regarde un peu plus loin, les statistiques depuis la 7e journée sont assez positives : sixième défense, sixième attaque et quatrième au classement. Depuis son départ poussif et même catastrophique, le club vannetais a réussi, non sans difficulté, sa mutation pour redevenir un candidat sérieux à la qualification. Avec toutefois les réserves que le staff évoquait ci-dessus.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?