Gare au jeu au sol pour Toulon face à l'UBB

  • Martyrisés au sol par le CO, les coéquipiers de Baptiste Serin devront relever la tête ce week-end dans ce secteur.
    Martyrisés au sol par le CO, les coéquipiers de Baptiste Serin devront relever la tête ce week-end dans ce secteur. Icon Sport
Publié le

En difficulté dans ce secteur face au Castres Olympique, les Rouge et Noir ont insisté toute la semaine au Campus pour redevenir les maîtres du jeu au sol face à l’UBB. Un défi de taille.

Après avoir subi la bronca du public de Besagne, le RCT leur avait donné rendez-vous mardi matin. Sous un soleil printanier, une cinquantaine de personnes est venue voir l’entraînement ouvert au public du dernier de la classe en Top 14. Certes, Toulon compte trois rencontres de retard (Bordeaux-Bègles, Montpellier et La Rochelle). Malgré la panne de résultats, les mordus du muguet sont restés cléments. D’autres étaient encore hagards de la désillusion vécue face aux Tarnais.

Pour relever la tête face au leader bordelo-béglais, en match en retard de la 13e journée de Top 14, la bande de Franck Azéma a insisté sur le travail du jeu au sol. Souvent pénalisés (6 fautes concédées), et mis à mal sur un contre ruck qui a mené à l’essai de Kockott, les Toulonnais n’ont également jamais réussi à nettoyer les zones pour trouver de la continuité en phase offensive : « C’est clair, les rucks nous ont mis dedans, avoue Tolofua. On engrange de la confiance sur le jeu au sol et les ballons hauts. On n’a pas été bon sur ces aspects mais encore plus les rucks. On a fait des erreurs individuelles. »

« On va se concentrer sur le côté plus trivial du rugby »

Et comment y remédier face à l’ogre bordelais ? « Ce n’est pas une question d’état d’esprit, d’envie, ni de confiance, poursuit le talonneur. Pour être mieux dans cette zone, il faut surtout être meilleur dans nos placements de façon collective, et être plus efficace dans le tempo quand on y arrive. » Sous la voix un peu plus haussée de Franck Azéma, les avants ont sué pour gommer le défaut grâce à des exercices spécifiques.

En pleine confiance, l’UBB possède dans ses rangs des profils de gratteur. Il y a deux semaines, Picamoles, Poirot et Roumat avaient martyrisé… le CO ! La bataille s’annonce rude :  « On doit juste avoir de la maîtrise », rassure l’international français. Et d’ajouter :  « On doit se poser moins de questions sur la stratégie. On va se concentrer sur le combat, le côté plus trivial du rugby. C’est ce qu’on fait de mieux. »

Sans espoir d’accrocher les phases finales, et remontés par un discours fort de Bernard Lemaître ce lundi, les Varois sont entrés dans une "mission survie" : « On doit protéger le club et l’institution en restant en Top 14, affirme Tolofua. Les supporters doivent savoir que l’on ne lâche pas. On a conscience que le match face au CO a été un choc. On a aussi conscience de la situation même si de l’extérieur certains peuvent penser le contraire. On s’en sortira en étant fort sur nos fondamentaux : conquête, mauls, ballons hauts et jeu au sol. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathias MERLO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?