6 Nations U20 - Contre l'Irlande, une défaite rageante pour les Bleuets

  • À une dizaine de minutes de la fin du match, l’ailier Jefferson Joseph pensait avoir inscrit l’essai de la gagne en bout de ligne. Malheureusement pour les Bleus, l’essai lui sera refusé pour un hors-jeu peu évident.
    À une dizaine de minutes de la fin du match, l’ailier Jefferson Joseph pensait avoir inscrit l’essai de la gagne en bout de ligne. Malheureusement pour les Bleus, l’essai lui sera refusé pour un hors-jeu peu évident. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Au terme d’un bras de fer explosif, les hommes de Jean-Marc Béderède, en tête toute la partie, ont lâché la victoire à la sirène face aux Irlandais (16-17). Cruelle désillusion.

Dans la fraîcheur de la nuit aixoise, l’affrontement entre les petits Bleus et les petits Verts s’annonçait comme un sommet. Il l’a été de bout en bout. Sur un gazon synthétique qui favorise la balle aux ailes, les deux nations ont offert un duel… d’avants ! À ce jeu musclé, les Bleuets, touchés par plusieurs cas positifs de covid-19, ont tenu la dragée haute à leurs adversaires avant de céder.

Devant de bout en bout, grâce notamment à un essai estampillé pur catalan avec, en détonateur, M’Foudi et, en finisseur, Montgaillard, les Bleuets ont flanché à la sirène sur un essai assassin de Brownlee. Sous les sifflets, Tector n’a pas tremblé pour offrir le succès aux siens : « Ce n’est jamais un sentiment agréable de perdre comme ça, a avoué Jean-Marc Béderède. Sur le résultat, il y a forcément de la frustration. » Puis, il a mis en avant la partition de ses protégés : « Je suis fier de voir ce que nous avons pu mettre en œuvre. Le projet avance. Les joueurs ont répondu présents. »

Les buteurs ont flanché

Cette désillusion, le public de Maurice-David a pu la sentir venir. Plus frais, les Irlandais, à force d’enfoncer la porte à coup d’épaisses charges, ont contraint les partenaires de Louis Lebrun à se mettre à la faute (seize pénalités concédées, un carton jaune pour M’Foudi) : « Nous avons été trop indisciplinés, a concédé, avec maturité, le capitaine Louis Le Brun. C’était une belle équipe d’Irlande à l’aise dans les ballons portés et dans le jeu d’avants. » 

Peu après la demi-heure de jeu, le talonneur James McCormick avait tenu à répondre à son vis-à-vis Montgaillard. L’Ulsterman a récompensé la domination de son pack : « Ils ont insisté sur leur point fort avec les mauls et au ras, a poursuivi Béderède. On a été mis à la faute. Ça nous a fait beaucoup de mal. »

Malgré les vents contraires, les Bleuets ont eu les munitions pour se mettre à l’abri. Tour à tour, Auriac (2e), Le Brun (25e) et Foursans-Bourdette (64e) ont échoué sur des pénalités à longue distance. À cinq minutes du terme de la partie, un hors-jeu peu évident de Joseph à la réception d’un jeu au pied du même Foursans-Bourdette l’a empêché de filer à l’essai« C’était une belle occasion, un coup parfaitement joué, a apprécié Jean-Marc Béderède. C’est une décision sensible mais acceptée. »

Vite l’Écosse !

À force de ne pas distancer les ouailles de Richie Murphy, la punition est arrivée. Un apprentissage rude qui doit faire grandir. « Ce match doit nous faire progresser sur la gestion des moments forts et faibles », a prévenu le coach. Las des regrets et des rêves de grand chelem, les Bleuets avaient déjà l’esprit tourné vers l’Écosse, sèchement battu au pays de Galles (26-13) et lanterne rouge avec un point. Les jeunes louveteaux ont toujours en ligne de mire la victoire finale du Tournoi.

Jean-Marc Béderède a apporté quelques clefs pour croire au rebond au pays du charbon : « On va s’appuyer sur le groupe, c’est notre force. On doit insister sur nos points forts, avec le jeu au pied de pression et notre intensité en mêlée, pour faire mal à cette équipe écossaise. Il n’y a pas tout qui s’arrête sur une défaite. » 

Dauphin de son bourreau du vendredi soir, les Bleuets n’ont désormais plus le droit à l’erreur comme l’a précisé Le Brun : « On doit se relever et gagner en Écosse. » Le rendez-vous est pris.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Mathias Merlo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?