Pro D2 - Durant le choc du championnat, le mental était montois

  • Les Montois de Yoann Laousse-Azpiazu, ici inscrivant le 2e essai lors de son 150e match sous les couleurs jaune et noire, ont remporté une victoire importante et reprennent la place de leader de Pro D2.
    Les Montois de Yoann Laousse-Azpiazu, ici inscrivant le 2e essai lors de son 150e match sous les couleurs jaune et noire, ont remporté une victoire importante et reprennent la place de leader de Pro D2. Photo Icon Sport
Publié le

Au terme d’une rencontre d’une grande intensité, les Montois ont su trouver les ressources pour reprendre les commandes du championnat, en l'emportant contre Oyonnax.

Il y a décidément beaucoup de talents dans cette équipe montoise, et il en fallait pour venir à bout d’un adversaire fidèle à sa réputation, compact, puissant, roublard, et de surcroît emmené par quelques individualités majeures. Mais le talent ne fait pas tout. Car face à l’armada du Haut-Bugey, ce sont bien la force mentale et l’esprit de corps qui ont permis de remporter une victoire ô combien importante, et pas seulement en termes comptables.

C’est en effet au moment où l’on croyait les coéquipiers de Willie Du Plessis au bord de la rupture, aux alentours de la 50e minute, et après que les Oyomen aient creusé un petit écart grâce à un essai de Thomas Laclayat, qu’ils ont sonné le vent de la révolte. Deux minutes à peine après la réalisation oyonnaxienne, les Landais répondaient par un essai somptueux sur un mouvement travaillé dans la semaine. Léo Coly transformait du bord de la touche pour redonner l’avantage à ses couleurs.

Et à partir de là, les joueurs de l’Ain n’ont plus existé, mis en permanence sous pression par le jeu au pied chirurgical et la férocité défensive de la phalange jaune et noire, bien aidée par l’apport remarquable de son banc. Et comme un symbole, c’est de la mêlée, mise à mal en première période, qu’est venue la délivrance ultime sous la forme d’une dernière pénalité transformée encore par Léo Coly. De sorte que le leadership montois, au soir de cette 21e journée ne peut plus être considéré, même par les observateurs les plus sceptiques, comme une anomalie.

Des bases solides

Le Stade montois allie aujourd’hui trois composantes essentielles pour jouer les premiers rôles : une solidarité sans failles qui lui permet de se surpasser dans les grands rendez-vous, une organisation collective parfaitement huilée, et un sens stratégique très aiguisé porté, en particulier, par une charnière de haut niveau. Si l’on ajoute à cela quelques facteurs X, il y a de quoi rêver à un printemps ensoleillé.

L’heure était donc, au terme de ce match de cadors, à la satisfaction du travail bien fait, comme l’expliquait Yoann Laousse-Azpiazu, l’arrière montois auteur lui aussi d’une prestation épatante : « Ça fait vraiment plaisir de jouer et de gagner ce genre de match. On savait ce qui nous attendait. Il fallait hausser le niveau d’intensité pour espérer remporter cette bataille. Nous avons aussi respecté à la lettre la stratégie que nous nous étions fixée. Quand on fait sur le terrain ce qu’on a programmé dans la semaine et que ça marche, c’est forcément très valorisant. »

Et d’ajouter : « On va quand même savourer ce soir la victoire et une place de leader à neuf journées de la fin sans se prendre la tête. Continuons à travailler sérieusement comme nous le faisons depuis le début de la saison, essayons de prendre du plaisir et surtout, gardons cette intensité à chaque journée, car tous les points vont compter. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?