Lyon est sur ses gardes

  • Félix Lambey et les Lyonnais veulent éviter le piège biarrot. Cela passera surtout par le jeu au sol.
    Félix Lambey et les Lyonnais veulent éviter le piège biarrot. Cela passera surtout par le jeu au sol. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Face à une bête blessée, les Lyonnais, en mal d’effectif, se veulent méfiants avant de voyager à Clermont et Toulouse.

Entre un voyage à Castres samedi dernier, et deux déplacements programmés au mois de mars, les Lyonnais retrouvent le Matmut Stadium de Gerland ce samedi, contre Biarritz. Entre les incertitudes sur l’identité des Lyonnais rendus par les Bleus, un pack affaibli par les blessures, les absences et l’identité d’un adversaire moins prestigieux que ces futurs hôtes - Clermont pour le derby entre Auvergnats et Rhônalpins puis le champion de France toulousain - cette rencontre programmée à la fin des vacances scolaires pour la zone lyonnaise a tout du match piège. On convoquerait bien pour se rassurer la dynamique lyonnaise, plutôt bonne depuis le début du mois de novembre, à l’exception d’une rencontre de rugby sur eau à La Rochelle après Noël, mais justement, le principe de se faire piéger est de l’être forcément quand on ne s’y attend pas et que tout va bien. Mais, fi de faire les oiseaux de mauvais augure. Dans un sens, le Stade français a peut-être rendu service aux Lyonnais, ou pas. Les hommes de Pierre Mignoni sont en tout cas prévenus que la bête biarrote est blessée, et vexée. Et la meilleure chose à faire est de ne pas lui permettre de panser trop vite ses blessures. «Ils ne peuvent pas se permettre d’enchaîner un deuxième match comme ça, prévient Félix Lambey. Ils seront forcément revanchards. Ils voudront prouver qu’ils valent bien mieux. Ils risquent d’attaquer très fort. Nous devrons être bien présents dès l’entame de match.»

Gagner la bataille des rucks

D’autant que si les Biarrots ont la mémoire plus longue, ils se souviendront peut-être que lors de leur dernier voyage à Lyon, le 6 mai 2016, quand les deux équipes étaient encore en Pro D2, ils avaient également subi un revers cuisant (61-31). Du côté lyonnais, trois joueurs toujours présents dans l’effectif avaient participé à cette rencontre : l’arrière ou ailier néo-zélandais, Toby Arnold, le centre, formé au Lou, Thibaut Regard, auteur d’un triplé ce jour-là, et Baptiste Couilloud. Le demi de mêlée international avait eu droit ce jour-là à sa deuxième entrée en jeu en pro, et il avait inscrit pour l’occasion son premier essai, le dixième lyonnais, à trois minutes de la fin.

Mais ces bons souvenirs n’aideront en rien les Lyonnais pour passer l’obstacle biarrot. Mettre le nez, les mains et la tête dans les rucks sera plus utile. «Ils sont très forts dans ce domaine, prévient le Jurassien. C’est même sûrement la meilleure équipe dans ce secteur. Si nous parvenons à les contrer dans ce domaine, nous serons bien partis.» Cela tombe bien, les Lyonnais aiment ferrailler dans ce secteur. Et une victoire serait la meilleure des préparations avant le derby à Clermont.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?