Les duels d'Écosse - France : Graham - Penaud, chevauchées et appuis courts

  • e Les Duels Écosse-France : Penaud - Graham Chevauchées et appuis courts
    e Les Duels Écosse-France : Penaud - Graham Chevauchées et appuis courts Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après François Cros et Hamish Watson, focus sur les ailiers qui se feront face ce samedi. Une chose est sûre, entre Damian Penaud et Darcy Graham cela risque de faire des étincelles.

Darcy Graham, c’est la petite bombe de ce début de Tournoi des 6 Nations. Ultrarapide, doté de crochets déroutants, le finisseur de la province d’Edimbourg a notamment marqué les esprits en étant à l’origine d’un essai magnifique face au XV de la Rose, en ouverture de la compétition. Le duel qu’il s’apprête à disputer ce week-end face à Damian Penaud est cocasse dans le sens où Graham ressemble, en grossissant le trait, au grand absent de cette rencontre qu’est Gabin Villière. Comme l’ailier du RCT, Graham est en effet passé par le rugby à 7 avant de taper dans l’œil du sélectionneur Gregor Townsend, il y a un peu plus de deux saisons. Petit (1,76 m), trapu (84 kg), l’actuel ailier du XV du Chardon est évidemment un joueur d’évitement, un domaine où ses crochets font souvent des ravages dans les défenses adverses.

Pur produit des Borders, contrairement à son pendant Duhan van der Merwe, il est le fils d’un bûcheron plutôt célèbre au Royaume-Uni, puisqu’il a participé à une célèbre émission de télé réalité, outre-Manche. Au sujet de Darcy Graham, le capitaine écossais Stuart Hogg concédait il y a peu : « C’est une petite fusée de poche, il peut aller partout, marquer des essais et travailler dans les zones d’affrontement, pour gratter des ballons au sol ». Un héritage du jeu à 7, probablement… 

Face à lui, Damian Penaud n’est pas vraiment connu pour combattre dans les rucks mais possède évidemment d’autres qualités. Explosif comme seul l’est Antoine Dupont en équipe nationale, créateur ultime, Penaud est aussi un redoutable finisseur, auteur de 10 essais en 23 titularisations en équipe de France. Très en jambes depuis l’ouverture du Tournoi des 6 Nations, l’attaquant clermontois a prouvé que le passage à vide qu’il avait connu après la Coupe du monde au Japon n’était plus qu’un lointain souvenir. Damian Penaud et ses courses, électriques, déroutantes, souvent très longues, ont ainsi retrouvé la grinta et une place d’indiscutable au poste d’ailier droit, chez les Bleus.

Concernant le fils d’Alain, grand demi d’ouverture des années 2000, se posera néanmoins bientôt la question de son avenir à long terme : va-t-il rester à Clermont quand l’ASMCA tarde à retrouver ses lettres de noblesse ? Que fera-t-il en 2023, au terme de son contrat ? Certains disent, en Auvergne, que les dirigeants clermontois devraient lui offrir le capitanat et faire de lui le nouvel Aurélien Rougerie, la figure de proue de l’équipe. Convenez que ce n’est pas idiot… 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?