Pro D2 - Vannes a su être opportuniste face à Bourg-en-Bresse

  • Les Vannetais sont allés chercher un succès important à Bourg-en-Bresse et peuvent encore croire à la qualification. Photo Jean-François Basset
    Les Vannetais sont allés chercher un succès important à Bourg-en-Bresse et peuvent encore croire à la qualification. Photo Jean-François Basset Midi Olympique - JEAN FRANCOIS BASSET
Publié le

Les Bretons ont parfaitement muselé des Bressans en panne d'inspiration. En contrôle, les Vannetais obtiennent un précieux succès à l'extérieur.

Cette fois-ci, Bourg n’a pas trouvé l’étincelle pour enflammer la partie. La faute sans doute à un manque de fraîcheur physique et mentale mais aussi à des Vannetais venus en mode pompiers, prêts à sortir l’extincteur à chaque tentative d’escarmouche burgienne. Des Bretons cliniques en défense et opportunistes en attaque. Les deux essais ne figureront pas dans le classement des essais les mieux construits de la saison. Mais ils sont symboliques de la pression mise par les Vannetais. « Nous savions que cela serait dur pour Bourg de rééditer deux fois de suite une grosse performance à domicile, lance le manager Jean-Noël Spitzer. Ils avaient fait un gros match avec beaucoup d’émotion la semaine précédente. Par expérience, je sais que c’est très difficile de se remobiliser sept jours plus tard. C’était quelque chose sur laquelle nous pouvions appuyer. Il fallait prendre le score et grappiller trois points par trois points. » Pour cela, les Bretons s’appuient sur un cocktail basique. Ils perturbent Bourg en touche, sur une mêlée et opposent un farouche rideau défensif. Les quelque temps forts bressans du début de partie ne sont pas concrétisés. « Il fallait jouer dans les bonnes zones, reprend le technicien breton. Ne pas faire n’importe quoi dans notre camp et remporter les bras de fer près des lignes. » Offensivement, ils se nourrissent goulument de chaque miette. Alors que Bourg n’est pas complètement sous pression, le troisième ligne Grégoire Bazin concrétise cela en poussant vers l’en-but un dégagement contré par… un Bressan. Forts de cet essai et d’une meilleure réussite face aux perches, les Bretons denses et organisés capitalisent sur cet avantage (6-13).

Vannes creuse l’écart

Bourg ne recolle pas. Et l’écart se creuse sur un nouvel essai casquette inscrit par Duplenne. « Nous sommes restés dans notre plan de jeu en défendant bien », apprécie Jean-Noël Spitzer. Les Vannetais freinent parfaitement les Burgiens dans les rucks. « Les équipes qui ont perdu contre Bourg sont celles qui se sont enlevées du combat, qui ont lâché les zones de ruck, la zone plaqueur-plaqué, reprend le technicien. Il fallait empêcher la petite continuité autour du porteur de balle, avec quelques joueurs qui amènent cette rupture comme Dupont, Lyons et parfois Baradel. Car c’est souvent leur facteur déclenchant. » Les Burgiens peuvent effectivement rarement s’engouffrer dans ces brèches autour des rucks alors qu’ils avaient pourtant travaillé des mouvements en ce sens. Comme en plus leur jeu au pied est imprécis (trop long pour mettre des pressions défensives ou sans trouver les touches), les Violets manquent cruellement d’atouts pour mettre à mal leurs adversaires. « Nous étions en retard partout, constate le manager bressan Fabrice Estebanez. J’endosse cette défaite-là car je n’ai pas dû faire les bons choix et avoir les bons mots. » Vannes valide un succès mérité qui lui donne de l’air au classement, Bourg retombe en zone rouge avant un déplacement à Narbonne. « C’est frustrant car nous avions l’occasion de rester en dehors de cette zone, grimace Fabrice Estebanez. Mais ce que je ne veux pas, c’est que l’on soit abattu. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?