Top 14 - Après le succès contre Toulouse, retour sur terre pour la Section

  • Une semaine après son exploit face au Stade toulousain, Pau n’a pas su renouveler la même performance.
    Une semaine après son exploit face au Stade toulousain, Pau n’a pas su renouveler la même performance. Icon Sport
Publié le

Une semaine après la victoire face à Toulouse, la Section paloise n’a pas su rééditer l’exploit face à la Rochelle.

Retour sur terre pour la Section. Une semaine après son exploit face au Stade toulousain, elle n’a pas su renouveler la même performance. Moins incisive en première période et manquant de maîtrise dans les dix dernières minutes, la formation béarnaise a fini par perdre par le plus cruel des écarts.

La déception était grande dans les rangs palois. « On a mis beaucoup d’énergie mais de manière trop brouillonne, trop dispersée », analysait le manager Sébastien Piqueronies. « Pour se comparer aux meilleures équipes du championnat et d’Europe, il faut faire preuve de maîtrise, d’exigence et de précision. Aujourd’hui, on meurt à six points. Les plus optimistes penseront que l’écart se réduit et je suis de nature optimiste. Et ceux qui sont exigeants peuvent être certains que nous avons envie de réduire encore cet écart. »

La Section a joué avec ses armes, s’appuyant encore sur une défense de fer près de son en-but pour repousser les premiers assauts rochelais. Il n’y avait rien à redire sur l’engagement, sur l’envie collective. Une force de caractère qui a d’ailleurs permis aux Palois de reprendre les commandes à quinze minutes du coup de sifflet final.

Mais leur incapacité à s’approcher de la zone de marque pendant quasiment toute la première période avant une succession de pénaltouche infructueuse juste avant la sirène et un manque de maîtrise dans les dix dernières minutes ont permis aux Rochelais de s’imposer.

« Beaucoup de choses ont démarré en première mi-temps. Notamment notre imprécision sur le jeu au pied où nous avons perdu des mètres. Je me souviens d’un jeu au pied direct en touche, d’une pénaltouche non trouvée, un jeu au pied haut bien trop court et un jeu au pied directement dans les bras de l’arrière. Ce sont des mètres perdus trop facilement. Ce sont des briques de construction de notre match que nous n’avons pas eu. »

Avec une guerre du sol qui a longtemps été favorable aux Rochelais, les Palois n’ont pas réussi à mettre en place leur jeu offensif qui faisait pourtant des merveilles ces dernières semaines.

Une contre performance qui n’est certes par un coup d’arrêt comme le soulignait Sébastien Piqueronies mais qui doit maintenir les Palois en alerte : « On n’a que huit points d’avance, c’est peu. Je constate que La Rochelle a perdu à Biarritz, à Perpignan, et qu’elle s’est imposée à Pau sans que l’on prenne le moindre point. L’urgence pour moi est de continuer à maintenir cet écart ou de le creuser. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?