Pro D2 - Josua Vici profite des espaces normands

  • Josua Vici a inscrit un doublé face à Rouen
    Josua Vici a inscrit un doublé face à Rouen Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Punis une fois encore, les Normands ont existé une mi-temps avant de sombrer. Montauban n’en demandait pas temps pour engranger cinq points importants pour leur course au top 6.

C’est la mine triste que les Rouennais sont sortis du terrain. Robert-Diochon n’est plus un domaine acquis aux Lions et on a le triste sentiment que les équipes adverses viennent chercher du point béni en Normandie. « Oui, nous faisons une bonne première mi-temps et je n’ai pas d’explication sur le rendu de la seconde. C’est frustrant. Nous virons en tête, nous sommes au contact, en place et on marque. En deuxième mi-temps, on peut refaire le scénario. Nous avons choisi de jouer et de ne pas prendre de points au pied sur deux situations en seconde mi-temps. C’est notre décision. On se sentait forts sur l’instant », confie Matthieu Bonnot, le capitaine rouennais.

Du côté montalbanais, on ne boude pas le plaisir d’avoir bien fait les choses et surtout d’avoir respecté le schéma de jeu. « On s’était dit que ce ne serait pas simple car Rouen a beaucoup de choses à jouer. Ils doivent se sauver. La première mi-temps le prouve. De notre côté, nous sommes restés concentrés et concernés. Nous sommes forcément satisfaits de prendre cinq points ici. Dans le jeu, on peut toujours être mieux mais là on a fait le boulot. On doit déjà penser au prochain match, dans le but de réintégrer ce top 6 car c’est dur de faire des résultats. Les équipes sont vraiment fortes partout », analyse David Byrnes, l’entraîneur des arrières tarn-et-garonnais.

La fusée Vici

Un joueur a particulièrement goûté les espaces offerts par les Normands, il s’agit de Josua Vici auteur de deux essais de très haut niveau. « On avait clairement demandé d’éviter de jouer sur lui, de ne pas lui offrir des ballons de relance faciles. Il plante deux fois et renverse notre défense. Il était au dessus. Nous avons été naïfs mais surtout fébriles en conquête et dans la passe. Bien sûr, comme nous, les autres mal-classés n’ont pas beaucoup avancé à l’issue de cette journée. Il reste six matchs et nous sommes en vie. Nous nous battrons jusqu’au bout car ce groupe mérite de rester en Pro D2 », assure Nicolas Godignon, le coach rouennais.

Pour la suite, Montauban sait le chemin qu’il lui reste à parcourir, les choses à régler, les ajustements nécessaires. « Nous sommes heureux des cinq points, alors que tout n’était pas parfait, notamment en touche. Nous avons ce sentiment d’insatisfaction car dans le premier acte, nous ne sommes pas arrivés à faire ce qu’il fallait. On a redressé le tir de façon sérieuse en seconde, grâce au banc notamment , conclut Stéphane Munoz, le capitaine de Montauban.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?