Pro D2 - L’Aviron bayonnais marque les esprits

  • Large et brillant vainqueur d’Oyonnax, Bayonne est le nouveau deuxième
    Large et brillant vainqueur d’Oyonnax, Bayonne est le nouveau deuxième Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Large et brillant vainqueur d’Oyonnax, Bayonne est le nouveau deuxième. Une place qu’il voudra conserver et qui passera par un résultat à Mont-de-Marsan lors de la prochaine journée.

Une victoire à point nommé. Et quelle victoire ! Face à un concurrent à la montée. Au terme d’un match abouti et qui ne se veut pas une réaction à la cuisante défaite à Aix. Le meilleur match certainement de l’Aviron cette saison, même si d’aucuns dans le club pensent aussi à celui à Nevers. « Sur le contenu, précise Jeff Dubois, ça fait quand même plusieurs mois où ça travaille très bien à l’entraînement. On enchaîne de très beaux mouvements. En match aussi. Ce qui est intéressant, c’est que ça l’a été sur 80 minutes. C’est ce qui nous manquait jusqu’à présent. » En effet, depuis le début de la saison, les basques n’arrivent pas à produire de matchs pleins ou sombrent parfois dans des déroutes inattendues comme à Béziers ou tout dernièrement à Aix. Ce mal récurrent qu’ils avaient cru voir disparaître semble, cette fois, s’éloigner…

Car l’adversaire était de taille. Et l’enjeu du match tout autant. En cas de défaite, Bayonne voyait les portes des deux premières places se fermer. « Je retiens qu’on a remporté un match à enjeu, continue l’entraîneur des lignes arrière. Celui-là était important car c’était face à la meilleure équipe de la Pro D2 jusqu’à présent au vu des statistiques, première attaque, meilleure défense, équipe la moins pénalisée, qui a le plus de possession. » Bayonne a donc marqué un point important dans cette lutte à trois en haut du tableau. Et avec un tel visage, tout lui semble permis.

La constance a été la clé dans ce retour de l’équipe au premier plan de l’avis de Mariano Galarza. « On retrouve la régularité avant les phases finales, observe-t-il. Et cela nous donne beaucoup de confiance. Il faut rester sur ce chemin. On sait notre potentiel. On l’a montré face à Oyonnax. Il faut maintenant rester calme. Trouver un équilibre dans les émotions. On bascule trop dans les extrêmes. Quand on gagne, c’est la fête, quand on perd, c’est l’enfer. »

Ascendant psychologique

Ce succès redonne donc de la confiance à l’Aviron, un point primordial pour Jeff Dubois. « J’y reviens à la confiance. C’est bien d’en emmagasiner. Du coup, cela va nous permettre de tenter encore plus. Ça nous aidera pour les matchs couperets. » Lesquels se rapprochent. « Oyonnax est une équipe qu’on retrouvera. Il était important de gagner, psychologiquement,. On l’a fait nettement. C’est comme le prochain match à Mont-de-Marsan, il sera important sur le même plan. »

Ce rendez-vous landais sera certainement un autre tournant. Dans la perspective des deux premières places. Il est déjà dans la tête des joueurs. « Forcément, on y pense, lâche Thomas Dolhagaray. On va aller chez le premier. Il faudra faire une grosse prestation pour pouvoir exister ! » Le stade compte un matelas confortable de sept points d’avance sur Bayonne, le calendrier d’Oyonnax semble plus linéaire que celui des basques. Alors, une victoire de Bayonne à « Boniface » serait la clé pour une demi-finale à domicile. Les Bayonnais qui se sont réconciliés avec leur public, qui ont retrouvé leurs marques à Jean-Dauger, contrairement à ce début de saison, n’ont en tête maintenant qu’une demi-finale à domicile.

Le prochain match chez le leader aura des senteurs de phases finales.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?