Issigeac envers et contre tout

  • Le talonneur et entraîneur Nicolas Sisombath, ici contre Le Passage-d’Agen (victoire d’Issigeac 25-20).
    Le talonneur et entraîneur Nicolas Sisombath, ici contre Le Passage-d’Agen (victoire d’Issigeac 25-20). DR
Publié le

Dans un environnement difficile, Issigeac effectue une deuxième partie de saison canon. De quoi le faire rêver des phases finales.

"Le rugby en général doit se poser les bonnes questions. Le covid a laissé d’énormes traces sur le rugby amateur. Il faut que toutes les institutions en parlent." Son message d’alerte a le mérite de venir du cœur. De Toulouse, Montauban à Bergerac en passant par Limoges et Périgueux, Nicolas Sisombath a bourlingué dans sa carrière de rugbyman. Et la situation actuelle du rugby amateur l’inquiète, avec les exemples de forfait général qui concernent des réserves de sa poule (Mezin, Saint-Aubin), un concurrent (Saint-Aubin) et même des écuries de Fédérale 2 (la réserve de Saint-Junien). Ce qu’il réalise cette saison avec son club d’Issigeac, commune de 700 âmes du sud de la Dordogne, en est d’autant plus marquant. "Notre début de saison est plus que mitigé, poursuit le talonneur qui dirige les entraînements depuis peu. C’était une nouvelle façon de jouer au rugby et ça ne s’apprend pas du jour au lendemain. J’ai dû moi aussi m’adapter aux joueurs." Touché aussi par les blessures, l’UAI peine à aligner deux équipes tous les week-ends mais tient bon. Et ça paye. Depuis le mois de janvier, elle a remporté 6 de ses 8 matchs, ce qui la replace septième, soit dans la course à la qualification.

Un centenaire déjà en préparation

Le format des phases finales de cette année, qui auront lieu dans moins de deux mois, est encore très flou pour les clubs. Mais dans le doute, les Issigeacois visent la sixième place pour s’assurer un ticket. "Depuis la reprise, on a de bons résultats et ça encourage le moral des troupes", se réjouit le président Thierry Chauveau. Il faut dire que la situation des autres clubs dans la zone est préoccupante. "Castillonnès et Villeréal, n’ayant plus de club, se sont regroupés avec Monflanquin, poursuit le dirigeant. Prigonrieux, Lanquais sont en Quatrième Série... Pour l’instant on résiste." Si les catégories de jeunes doivent nécessairement fonctionner avec Bergerac, le fait que le club puisse aligner au niveau senior une majorité d’Issigeacois est une belle démonstration d’engagement envers l’UAI. Enfin, le club prépare en coulisses un événement majeur de nature à motiver et à fédérer autour de lui. L’année prochaine, Issigeac fêtera ses cent ans d’existence les 16, 17 et 18 juin. Un bureau a déjà été créé autour de la figure emblématique du club Jean-Noël Lial, qui en a été joueur, président et bénévole. "Depuis plus de six mois désormais on y travaille dessus avec l’Amicale du centenaire, association créée pour l’occasion qui compte 34 membres et un bureau directeur de sept personnes", recense le passionné, qui n’a jamais quitté Issigeac. L’idée est de monter un petit festival autour du club qui fera vibrer tout le village. "Parallèlement, je prépare un livre avec Philippe Gacher, ajoute-t-il. J’ai répertorié différentes photos et articles depuis 1923 par le biais de mon père et de mon grand-père, eux aussi au club." Avec Romain Teulet parrain d’un tournoi de rugby à toucher le samedi, et un grand défilé le dimanche, la célébration promet d’être grandiose.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?