Top 14 - Maxime Lucu a rendu hommage à « Fede »

  • Top 14 - Maxime Lucu a rendu hommage à « Fede » Top 14 - Maxime Lucu a rendu hommage à « Fede »
    Top 14 - Maxime Lucu a rendu hommage à « Fede » Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Absent des obsèques de Martin Aramburu, Maxime Lucu, auteur d’une prestation XXL lui a rendu un bel hommage en conduisant son équipe vers le succès.

Maxime Lucu n’est pas un joueur comme les autres. Une semaine plus tôt, nous l’avions quitté quelques larmes coulant le long de ses joues. Il était un peu plus de 23 heures dans les entrailles du Stade de France. La doublure d’Antoine Dupont en équipe de France, médaille du grand chelem autour du cou, tout au bout d’une conférence de presse où, sourire XXL aux lèvres, il avait raconté son bonheur de vivre son premier titre avec les Bleus, venait d’être interrogé sur la disparition tragique, quelques heures seulement avant le coup d’envoi du Crunch, de son ami Federico Martin Aramburu. Un moment douloureux pour ce garçon d’une nature simple et sans faux-semblant qu’il n’a pas cherché à éviter. Tout comme il n’a pas fui ses responsabilités samedi soir sur la pelouse de Jean-Bouin. Sans doute, une part de lui se trouvait quelques heures plus tôt du côté de Biarritz, au pied de l’église Sainte-Eugénie, où un dernier hommage à l’ancien trois-quarts centre du BO, était rendu devant un millier de personnes. Peut-être aurait-il voulu se mêler à la foule, partager sa peine avec Ximun, son frère aîné, réconforter Maria, l’épouse de Federico et dire un dernier au revoir à celui qui, quelques heures avant France Angleterre, lui écrivait de « profiter de ces moments-là, de toujours avoir le sourire et de garder l’humilité ».

« Max et Cameron ont été exemplaires »

À tout dire, quand bien même le cœur de Lucu saigne encore et toujours d’être privé de son amitié avec « Fede », l’on croit savoir que la question de sa présence à Paris ne s’est pas posée. La situation de son club restant sur cinq défaites consécutives a primé. Le Basque se devait d’être sur la pelouse de Jean-Bouin pour rassurer et apporter son expérience. Au final ? Il a fait mieux que ça. « Max (Lucu) et Cameron (Woki) ont vite basculé, a souligné le manager Christophe Urios. Ils ont été exemplaires. Ce sont des joueurs de haut niveau. Ils ont transmis leur état d’esprit, cette gagne. Ils donnent confiance. » L’ancien Biarrot a guidé ses partenaires vers le succès. D’abord, grâce à sa précision face aux perches. Lucu a inscrit seize des trente et un points de son équipe, notamment avec trois coups de pied de plus quarante mètres. Ensuite, il a souvent été décisif, comme à l’instant de servir son trois-quarts centre Federico Mori dès la deuxième minute de la rencontre pour le premier essai bordelais. Et que dire de cette passe acrobatique en direction de Santiago Cordero pour le lancer dans la défense parisienne, avant que Cameron Woki ne termine dans l’en-but ?

Ironie de cette histoire, ses deux passes décisives l’ont été pour deux joueurs argentins. Certains n’y verront qu’un pur hasard. D’autres y puiseront un signe. Comme un dernier hommage à son pote « Fede ». Comme si samedi Maxime Lucu se trouvait un peu du côté de Biarritz, avec les siens.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Arnaud BEURDELEY
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?