Top 14 - Après la défaite contre Montpellier, l'Usap devra retenir la leçon

  • Perpignan a embêté le leader sur la pelouse d'Aimé Giral
    Perpignan a embêté le leader sur la pelouse d'Aimé Giral Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Sang et Or ont eu les occasions pour dominer le leader et revenir à portée de la douzième place. Ils les ont vendangées. Puisse ces erreurs leur servir quand viendra le vrai match de la survie.
 

Combien de tournants une saison comme celle de l’Usap, riche en rebondissements, en coups de pression et en coups de théâtre, peut-elle compter ? Une demi-douzaine, voire une dizaine, à n’en pas douter. La 62e minute de la rencontre face à Montpellier en est assurément un dans sa lutte pour la douzième place. A 15 contre 13, à 13-13 au score, l’Usap disposait d’une balle en or sur les 5 mètres adverses pour prendre les devants dans cette partie décisive.

Las, les Sang et Or optèrent à plusieurs reprises pour la touche. Leur point faible du jour, avec huit ballons égarés. « C’était le choix de l’équipe, il faut l’assumer, évoque Tom Ecochard. C’était un temps fort. Pour les pénalités, il y avait beaucoup de vent, ça tourbillonnait même si Melvyn avait bien buté jusqu’alors. C’est une erreur de l’équipe, peut-être. » La suite leur a en tout cas donné tort avec une séquence cafouillée puis un ballon perdu par l’alignement. « Sur le coup, il y a eu un manque de lucidité, de continuité dans l’exécution, déplore Patrick Arlettaz. On s’est un peu affolé. » Une douzaine de minutes plus tard, cette frustration mêlée à une irrépressible envie de forcer le destin mena à la faute fatale : une sautée hasardeuse interceptée. « C’est une action sur laquelle l’on a été trop têtu, que l’on a fait durer trop longtemps et, fatalement, ça ne s'est pas bien terminé », résume l’entraîneur.

Les éloges adverses

L’Usap avait habitué les siens à des fins de match euphoriques et réussies. Samedi, elle est tombée sur plus fort. Sur les meilleurs en la matière, tout simplement. Montpellier n'est pas premier par hasard. À cinq journées de la fin, ce revers, sans même un bonus en guise de consolation, rapproche les Catalans de l’access-match. « On a toujours cet espoir de rejoindre Brive mais l’access est le plus probable en termes de pourcentage, reprend le demi de mêlée. Mais il ne faut pas le voir comme un échec. Les quatre matchs qui arrivent doivent être une très bonne préparation. » « Ça ne doit pas être un tabou, c’est une chance supplémentaire de se maintenir, confirme Arlettaz. Il y a des matchs avec tension qui nous attendent. Il faudra les mettre au fond désormais. »

Samedi, les Montpelliérains n’ont eu de cesse de vanter les mérites de l’Usap. « Ils ont des mecs qui gagnent les duels, ils conservent bien le ballon, ont une belle ligne de trois-quarts et jouent bien depuis un moment », énumère Philippe Saint-André. « Quand on voit le jeu qu’elle développe, comment elle sait accélérer et à quel point ça tape fort, l’Usap ne mérite pas se place au classement », appuie Enzo Forletta. Ce que les Perpignanais, emmenés par les remarquables Lemalu, Lam, Oviedo et Lotrian, mérite importe peu, à vrai dire. L’essentiel sera leur capacité à prouver leur valeur le jour J. De tous les tournants, ce sera le plus important. Le seul qui vaille, à vrai dire.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?