Top 14 - Clermont retrouve le goût de la passe supplémentaire

  • Le talonneur clermontois Etienne Fourcade a su bonifier de nombreux ballons de récupération.
    Le talonneur clermontois Etienne Fourcade a su bonifier de nombreux ballons de récupération. Photo Vincent Duvivier - Photo Vincent Duvivier
Publié le

Après s’être reposée ces dernières semaines sur un jeu très direct, l’ASM a renoué contre Brive avec une animation offensive plus léchée et alternée. Mieux vaut tard que jamais...

Certes, on aura beau jeu de nous rétorquer que les deux derniers essais inscrits par l’intermédiaire de Damian Penaud et George Moala ne doivent qu’au seul talent des individualités clermontoises, les deux centres auvergnats s’avérant capables d’échapper tout seuls à quatre ou cinq défenseurs brivistes. Reste qu’il serait trompeur de s’arrêter à ces seules images car s’il ne fallait retenir qu’un seul enseignement de ce "derby" entre Jaunards et Coujoux, ce serait justement la capacité des Auvergnats à renouer avec un jeu collectif mieux léché. En effet, depuis quelques mois, ces derniers avaient pris l’habitude de se reposer sur un jeu très direct, frontal, de nature à exploiter la puissance individuelle de leurs hommes forts. Une méthode probablement suffisante pour enchaîner les succès à domicile sous pression lors des dernières réceptions au Michelin mais pas forcément récupérer quelques bonus et probablement encore moins pour se qualifier en phases finales.

Voilà pourquoi on ne peut que saluer le retour des Jaunards à des intentions de jeu supérieures, avec une volonté affirmée d’aller chercher les couloirs extérieurs par les trois-quarts mais aussi pour les avants de faire vivre davantage le ballon. «On essaie d’aborder tous nos matchs avec la volonté de pratiquer ce jeu-là, qui est celui que nous travaillons aux entraînements, savourait l’entraîneur de l’attaque, Xavier Sadourny. On sentait bien qu’on progressait depuis quelques semaines mais le matérialiser ainsi en match, ça fait plaisir. On a senti plus d’allant et de liant entre nos lignes, à l’image de nos deuxième ligne qui ont pas mal réussi à faire jouer après eux au milieu du terrain, notamment le jeune Amatosero.»

«Quand tout le monde fait son job, on redevient un rouleau compresseur»

Mais aussi des première ligne aptes à réaliser la fameuse "passe supplémentaire" devant la défense, à l’image d’un Etienne Fourcade très intéressant dans l’utilisation des ballons de récupération ou encore d’un Giorgi Beria capable de libérer un espace dans son axe à George Moala pour son premier essai. Une belle alternance qui a mis à mal les défenseurs brivistes, lesquels n’ont jamais vraiment su où donner de la tête… «En première période, on ne circulait pas assez vite autour des rucks, ce qui leur permettait de jouer dans les couloirs extérieurs, comme on l’a notamment vu sur les essais de Raka ou de Lee, analysait le coach corrézien Jean-Baptiste Péjoine. Nous avons rectifié ça à la pause, nous nous sommes beaucoup plus déplacés mais les Clermontois se sont adaptés en jouant davantage les duels. Et face à leurs individualités surpuissantes, nous avons manqué beaucoup de plaquages.»

Une adaptation intelligente qui doit évidemment beaucoup à la paire Parra-Lopez mais surtout à un collectif bien rodé et très efficace dans le jeu au sol, dont l’efficacité des soutiens n’a jamais permis aux Corréziens de contester des ballons. «Quand tout le monde fait bien son boulot, on redevient ce rouleau compresseur capable d’enchaîner les temps de jeu, de libérer des ballons rapides pour une charnière qui se régale», pointait Judicaël Cancoriet.

Un constat confirmé par le chef de clan Morgan Parra, réserves d’usage à l’appui. «Il y a eu du mieux dans le jeu mais aussi du moins bon en conquête. On fait un pas en avant pour un demi-pas en arrière, on n’arrive toujours pas à réaliser ce match où tous les voyants sont au vert… Mais au moins, sur notre jeu, soyons satisfaits car ces dernières semaines, on avait beaucoup joué avec la pression du résultat. Samedi, nous avons pris la largeur, essayant de trouver des espaces et en alternant mieux que ces dernières semaines. À ce titre, c’est d’ailleurs plutôt bien de pouvoir enchaîner avec deux matchs de Coupe d’Europe où nous aurons beaucoup moins de pression négative, pour continuer à nous lâcher un peu plus. » Manière de faire exploser les dernières barrières mentales qui subsistent, et de revenir en pleine confiance pour lancer le sprint final en Top 14, du côté de Castres où l’ASM devra enfin réaliser le match parfait après lequel elle court depuis si longtemps.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?