Pro D2 - Neutralité à toute épreuve entre Béziers et Oyonnax

  • Les Biterrois de Watisoni Votu ont concédé le nul face Oyonnax dans un match très physique. Photo Icon Sport
    Les Biterrois de Watisoni Votu ont concédé le nul face Oyonnax dans un match très physique. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dos à dos, Biterrois et Oyonnaxiens ont partagé les points dans un duel où le combat ne fut jamais vain.

Béziers s’étant fait la cerise en raflant avec la manière le derby, la semaine auparavant, la réception d’Oyonnax s’inscrivait dans une optique assez éclairée : poursuivre l’embellie et se donner le droit d’accéder aux phases finales. Mais l’adversité déployée, la stratégie minimaliste assumée et surtout l’incroyable domination sans partage en mêlée fermée des Oyomen furent des arguments détournant assurément de cette prétendue quête. Joe El Abd, le coach d’Oyonnax, avait savamment préparé son affaire : « On s’est déplacés dans l’optique de faire un match d’hommes, face à des Biterrois voulant se rapprocher de la qualification. J’ai aimé l’état d’esprit, on a jamais reculé. Même si sur la dernière action, nous étions en position de remporter ce duel, je retiens les comportements qui m’ont donné satisfaction. » Avec des phases statiques élaborées, notamment les épreuves de force où la première ligne Biterroise fut littéralement martyrisée dans le premier acte, les Bugistes ont rempli d’une certaine façon leur mission. Ne pas perdre et glaner des points chez un adversaire difficile à manœuvrer ces dernières semaines. Le technicien poursuit : « Nos avants globalement ont réussi à rivaliser avec une formation massive. On s’est adaptés aussi aux conditions climatiques, avec ce vent qui soufflait régulièrement. C’est de bon augure pour la suite après ce véritable test de caractère. »

Balles de match respectives

Dans ce duel tendu à souhait, les Biterrois ont fait preuve de résilience, surtout à treize contre quinze en première période. Nicolas Plazy, l’ailier héraultais qui s’est vu refuser un essai dans les ultimes minutes, soulignait cette abnégation : « On arrive une nouvelle fois à bien défendre. Malgré notre indiscipline et quelques errances, on grappille deux points. On a manqué de réalisme pour rafler la mise. Face à une équipe qui s’est évertuée essentiellement à occuper le terrain, on s’est épuisés à tenter, à aérer nos lancements jusqu’à varier et tenter de les surprendre sans succès. » Revenus de loin alors que les circonstances ne s’y prêtaient presque plus, l’ASBH concède le partage des points mais y trouve tout de même des motifs d’espoirs dans la lutte vers les hautes sphères. Nicolas Plazy conclut : « On reste en course de toute façon, on a envie de croire en nous après ces dernières semaines positives. Le prochain déplacement à Mont-de-Marsan nous donnera un indice supplémentaire sur notre fin de saison, et on ira avec le désir de jouer plus que jamais notre rugby. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?