Comment Clermont s’est laissé détruire...

  • Fritz Lee et les Clermontois sont tombés face au leader du championnat anglais, les Tigers de Leicester.
    Fritz Lee et les Clermontois sont tombés face au leader du championnat anglais, les Tigers de Leicester. - Vincent Duvivier
Publié le

Certes amoindrie par les blessures, l’ASMCA a littéralement explosé face au leader du championnat d’Angleterre. Voici pourquoi…

Il y avait quatorze ans qu’une équipe anglaise ne s’était pas imposée à Clermont, en coupe d’Europe. La dernière fois que les Jaunards avaient plié au stade Michelin face à un club du Premiership, c’était donc à l’automne 2008 et ce jour-là, les Sharks de Sale, alors menés par Philippe Saint-André, s’étaient largement imposés en Auvergne (32-18), écartant les boys de Vern Cotter des phases finales de la compétition. Ce dimanche, à l’occasion du huitième de finale aller de la Champions Cup, l’histoire a salement bégayé et les Tigers de Leicester, en tête du championnat d’Angleterre, intouchables à l’intérieur de leurs frontières et certainement plus denses qu’aucune autre équipe d’outre-Manche, n’ont laissé aucune chance à des Clermontois fort médiocres dans l’ensemble. «Des matchs comme ça, expliquait Camille Lopez au micro de BeIN Sports, ce sont des rencontres agréables à jouer devant un public incroyable. Mais on a donné tout trop facilement aux Anglais, on a été indisciplinés et incapables de marquer sur nos temps forts. Avec dix-neuf points de retard, ce serait mentir de dire qu’il sera facile de se qualifier pour les quarts de finale» Son coéquipier Morgan Parra, lui, développait ainsi la pensée ambiante : «On n’est pas au niveau pour rivaliser en ce moment. On prend des essais à zéro passe, sur des mauls ou des contres. Ce sont trop d’erreurs pour espérer rivaliser avec les meilleures équipes d’Europe»

S’appuyant sur une défense aussi organisée qu’agressive et la puissance d’un paquet d’avants en tous points redoutable, les Britanniques, pourtant réduits à quatorze après le carton rouge reçu par le trois-quarts centre Guy Porter pour un plaquage dangereux, n’ont jamais tremblé contre l’équipe de Jono Gibbes. Celle-ci, timide balle en mains, en retard sur tous les soutiens, croquée au sol par la formidable activité du flanker Tommy Reffell et relativement naïve dans sa construction du match, n’est visiblement pas invitée à ce niveau de compétition et il faudra un miracle, et pas qu’un seul, pour que les Jaunards renversent la tendance la semaine prochaine, à Welford Road.

Fofana : c’est quand le bonheur ?

Où est le mal, à Clermont ? Il y a, bien sûr, le facteur conjoncturel et l’hécatombe de blessures qui frappe actuellement l’ASMCA, Arthur Iturria, Sébastien Bezy, Apisai Naqalevu, Peni Ravai, Peceli Yato, Damian Penaud, Adrien Pélissié et désormais Kotaro Matsushima, sévèrement touché à l’épaule face aux Tigers, étant tous indisponibles pour plusieurs semaines. Il semble, aussi, que cette équipe auvergnate, soit en fin de cycle et attende le coup d’envoi de la saison prochaine avec une impatience non-feinte. Mais si Alivereti Raka, Fritz Lee, George Moala ou Cheikh Tiberghien furent une nouvelle fois très bons contre Leicester, leurs coéquipiers ont en revanche évolué un, voire deux tons en-dessous.

À ce titre, Wesley Fofana a donc beaucoup souffert contre les leaders du championnat d’Angleterre, nous abandonnant à la question suivante : comment ce joueur magnifique, si longtemps indiscutable en équipe de France, a-t-il pu devenir au fil du temps un joueur moyen, anonyme du vieux continent ? Poursuivi par les blessures depuis de longs mois, Fofana avait été relancé par son manager contre les Tigres après une nouvelle glissade extra-sportive de Tani Vili et disputait seulement contre Leicester son deuxième match de la saison. Forcément, ça s’est vu et ledit Wesley, pris sur une feinte de George Ford et coupable sur un temps fort d’une mauvaise passe pour George Moala, eut toutes les peines du monde à faire oublier Vili, Penaud, Naqalevu ou Barraque…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?