Bourg est face à son destin

  • Le capitaine Loïc Baradel a motivé ses troupes en les appelant à « un engagement maximal ».
    Le capitaine Loïc Baradel a motivé ses troupes en les appelant à « un engagement maximal ». Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après une série de cinq défaites, les Bressans doivent l’emporter devant les Neversois. Le moindre nouveau faux pas pourrait être rédhibitoire.

Souvent Bourg a été dans la réaction cette saison. Et souvent il était trop tard… Ce vendredi face à Nevers, les Violets aspirent à être acteurs dès le coup d’envoi. Car après, il sera vraiment trop tard.

À l’entraînement cette semaine, le staff a donné encore un peu plus de voix. À chaque ballon tombé notamment. Le manager Fabrice Estebanez a martelé ses consignes : « Des choses simples ! Attaquer la ligne et avancer pour l’équipe. » Les exercices ont été un peu plus intenses que d’habitude encore. Et à la fin du collectif de mardi, le capitaine Loïc Baradel a longuement pris la parole au centre de ses coéquipiers. Ajoutant de grands gestes pour ponctuer ses propos. « Nous devons nous lâcher, lance le troisième ligne. Être bons dans les fondamentaux et avoir un engagement maximal. »

Fabrice Estebanez appuie cette idée : « Il faut que nos adversaires comprennent rapidement qu’ici, ce n’est pas possible. Que cela va être la guerre. Dès la première minute, il faut que cela soit dur. Nous devons mettre un combat comme jamais. » En première ligne où les Bressans sont un peu déplumés, ils pourront compter sur le jeune Palois Téo Bordenave, prêté jusqu’à la fin de la saison. Le pilier d’expérience Wikus Harmse lui a glissé quelques conseils pour la mêlée. La mobilisation est générale car Bourg est face à son destin.
 

Estebanez : « Qui a le plus à gagner » ?

Les Burgiens ont été dans le ton sur les deux premiers matchs joués dans ce bloc, à Oyonnax puis Bayonne. Même si cela n’a pas payé comptablement. Ainsi, cet engagement doit être aussi accompagné de plus de pragmatisme et d’efficacité. Certains joueurs ont toutefois gagné leur place pour Nevers dans ces joutes - comme le jeune arrière Martin Méliande - mais le curseur d’exigence et d’intensité est attendu sur un niveau encore plus élevé. « Ce sera une question de détermination, martèle Fabrice Estebanez. Qui a le plus à gagner vendredi ? Est-ce eux qui sont 4e et qui seront qualifiés en fin de saison ou bien est-ce nous ? La réponse, moi je l’ai… »

Les Burgiens entreront dans leur arène avec une immense pression de résultat sur les épaules. « La pression oui, mais c’est une bonne pression, assène le capitaine Loïc Baradel. Avec l’envie de bien faire devant notre public. » Justement, Verchère va fourmiller pour cette rencontre décisive. « Toute la Bresse et les gens qui aiment ce club seront là pour pousser derrière nous, apprécie Fabrice Estebanez. La victoire est obligatoire. C’est le match qu’il faut gagner pour couper cette spirale et car nous sommes au pied du mur. Nous n’avons pas le choix. »

Le sprint final est lancé et pour l’instant, Bourg le suit un peu spectateur à l’arrière du peloton. Mais la ligne d’arrivée est en vue et il est grand temps de produire l’effort. Poussé par le souffle de Verchère et avec l’envie de continuer de vivre dans ce championnat.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?