Champions Cup - Marvin O’Connor (Clermont) : « Il va falloir se serrer les coudes »

  • L'ailier de Clermont analyse ce qui a manqué aux siens lors du match aller face aux Leicester Tigers.
    L'ailier de Clermont analyse ce qui a manqué aux siens lors du match aller face aux Leicester Tigers. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L'ailier de Clermont analyse ce qui a manqué aux siens lors du match aller face aux Leicester Tigers.

Dans quel état d’esprit avez-vous abordé la préparation de ce match retour, après avoir été surclassé à domicile lors du match aller ?

C’était un sentiment bizarre. Dans ma carrière, j’en ai joué des matchs où j’ai senti mon équipe complètement débordée. Samedi dernier, honnêtement, je n’ai jamais eu ce sentiment et pourtant, à la fin, le score était là. Et en plus, Ford en a manqué… Leicester pratique un rugby avec très peu de prise de risque, beaucoup de jeu au pied et j’avais vraiment l’impression que ce que nous proposions n’était pas à des années-lumière. Nous avons eu quand même beaucoup d’occasions nettes, des situations près de leur ligne d’en-but, d’autres où nous les avons traversé franchement. La différence était qu’eux ont marqué à chaque fois et j’avoue que cela fait assez mal à la tête. Heureusement, il nous reste un match retour pour nous rattraper, où nous n’avons rien d’autre faire que jouer notre va-tout.

La différence était surtout qu’à un moment ou un autre, les séquences offensives de votre équipe se sont heurtées à un manque criant de soutien…

C’est vrai qu’au niveau des soutiens, nous avons connu quelques retards qui se sont payés comptant, notamment lorsque nous avons réussi à franchir. Ce sont des tout petits détails mais qui comptent pour beaucoup dans les matchs de très haut niveau. Après, on a aussi réalisé de bonnes choses et il faut s’appuyer dessus. Tout n’était pas à jeter, il s’agit simplement d’être encore plus proches les uns des autres, plus serrés, plus soudés. Ce sera un match en terrain hostile et on sait très bien que si on se désagrège, l’addition peut très vite être salée. Il va falloir se serrer les coudes.

Au sol mais aussi sous les ballons hauts, où les Tigers vous ont considérablement gêné…

On n’en a pas raté tant que ça mais à chaque fois, on l’a payé cash. À titre personnel, j’en loupe un qui coûte un essai… Ils ont de très bons joueurs dans ce secteur, notamment leur arrière Steward qui est très grand et habile dans les airs. Il faut se préparer en conséquence car nous savons pertinemment qu’ils vont encore nous attendre dans ce secteur.

Au delà de son enjeu direct qui ne fait plus vraiment illusion, ce match n’est-il pas la meilleure préparation possible du match à Castres en Top 14 la semaine suivante, qui se déroulera dans un contexte similaire ?

Il y a un peu des deux… Mais d’abord, la vérité, c’est qu’on se doit de montrer un autre visage que celui de la semaine dernière. Pour notre club, pour nos supporters ainsi que pour nous-mêmes, on se doit une revanche, prouver que nous n’étions pas à notre vrai niveau même si Leicester n’est pas leader du championnat anglais par hasard. Nous devons nous rebeller et afficher pour cela un état d’esprit très solidaire, très soudé. Ce sera la clé.

N’est-ce précisément pas ce qui vous a manqué cette saison à l’extérieur ?

Nous avons été capables de sortir quelques gros matchs en déplacement, quand même. Mais notre point noir, ça a vraiment été l’inconstance. Quand on est monté très haut, on est parfois redescendu très bas… Là, nous sommes tombés très bas le week-end dernier alors c’est peut-être bon signe pour nous (rires). Blague à part, si on se doute bien qu’il sera très difficile de remonter dix-neuf points à Leicester, on veut au moins jouer une partie digne des standards du club et pourquoi pas empocher une petite victoire qui ferait du bien au moral. Pour la suite, ce serait effectivement la meilleure des préparations.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?