TOP 14 - L'Usap sans pression, pas sans idées

  • Patrick Arlettaz et David Marty à la tête de l'Usap
    Patrick Arlettaz et David Marty à la tête de l'Usap Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Avec un XV solide, Perpignan va se mesurer à La Rochelle. Avant de se projeter sur le possible match de l'espoir face à Brive.

Samedi, entre 17h15 et 19 heures, les supporters catalans seront autant intéressés par le résultat de leurs favoris, en déplacement à La Rochelle, que par celui de Brive, confronté à Lyon. L’équation est on ne peut plus simple : si le CABCL l’emporte et que l’Usap cède à Deflandre, les Sang et Or se dirigeront tout droit vers le barrage ; en revanche, si Brive craque à la maison, l’espoir d’un retournement de situation en faveur des champions de Pro D2 restera crédible.

Patrick Arlettaz refuse de rentrer dans ce petit jeu de soustractions et d’additions : «Je ne suis pas très friand des hypothèses, coupe l’entraîneur principal. S'il y avait deux ou trois points d’écart avec Brive, on pourrait calculer. Mais là, il y en a sept, ça fait presque deux matchs d’écart. Ce qui est sûr, c’est que l’on n’a pas notre destin en mains.» Surtout quand la première des quatre échéances restantes conduit Mathieu Acebes et ses partenaires dans l’antre de Deflandre : «C’est l’équipe en forme du moment. Quand on voit ce qu’elle a montré à Bordeaux, c’est fort. On va y aller sans pression en sachant que l’on risque d’être en dessous.»

« Ce serait contre-productif »

L’Usap ne joue pas le même championnat. Et est dans une toute autre dynamique : elle avait coupé la semaine passée et avait procédé à une revue d’effectif à Trévise, il y a deux semaines. Mais de rotation, il n’est plus question désormais : les Catalans se présenteront en Charente-Maritime avec une équipe compétitive. «Vu la configuration du championnat, avec des blocs de deux matchs, une coupure de deux semaines, de nouveau un match, il n’y a pas lieu de faire de la gestion en laissant des mecs de côté. Ce serait contre-productif. On peut tout jouer à fond, en procédant juste à quelques mouvements entre titulaires et remplaçants.» Avec l’optique de se préparer au mieux à un probable access-match : «On veut se roder dans la difficulté et avoir la meilleure dynamique possible au cas où il y aurait cette rencontre décisive à la fin. On se prépare à toutes les hypothèses. Après, si on ne la dispute pas, personne ne fera la gueule en Catalogne.»

Pour ça, il faudrait que le Lou rende service à l’Usap en s’imposant en Corrèze, samedi. Cela donnerait à l’affiche Perpignan-Brive de la semaine suivante une saveur particulière. «Il y a ce match très important qui nous attend. Ce n’est pas un secret, on veut le gagner. Mais je pense que Jeremy Davidson a la même envie.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?