TOP 14 - Pour le Stade français, le top 6 est mort, vive le top 8 !

  • Waisea, de retour, et les Parisiens ont fait une croix sur la phase finale, ils visent désormais une qualification européenne.
    Waisea, de retour, et les Parisiens ont fait une croix sur la phase finale, ils visent désormais une qualification européenne. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’objectif de décrocher une qualification pour la phase finale envolé après les deux défaites contre l’UBB et le Racing 92, les joueurs du Stade français visent désormais le top 8, synonyme de qualification pour la Champions Cup.

Hans-Peter Wild avait compris dès la fin du match aller des huitièmes de finale de Champions Cup perdu contre le Racing 92 à domicile (9-22). Croisé dans les entrailles de Jean-Bouin quelques instants après la fin de la rencontre, il se dirigeait vers la sortie, comme son équipe. Il n’était ni agacé, ni résigné. Il affichait un sourire las. Simplement déçu. «Pourquoi resterais-je plus longtemps, avait-il interrogé. Pour pleurer avec les garçons ? Non merci.» Il n’a d’ailleurs pas effectué le déplacement à la Paris-La Défense-Arena pour le deuxième round européen. Le président-propriétaire était déjà passé à la suite.

Avant même ce troisième revers consécutif dans le derby synonyme d’élimination de la Champions Cup, il a donc fixé un objectif à ses joueurs. Le message a été clair : décrocher une nouvelle qualification pour la Champions Cup. Pour cela, nul besoin, comme par le passé, de figurer parmi les six meilleures équipes de Top 14. La nouvelle formule européenne offre désormais un ticket en Champions Cup aux huit premiers du Top 14. «Après la défaite contre Bordeaux à la maison et celle contre le Racing, on a compris que ce serait compliqué pour la qualification en phase finale, a d’ailleurs confirmé Gonzalo Quesada comme pour mieux entériner le nouvel objectif de son équipe. Nous allons jouer nos quatre matchs à fond pour les gagner.»

«Battre Pau nous enlèvera un peu de pression»

Toutefois, le technicien argentin ne veut pas non plus trop se projeter. «Notre objectif, c’est préparer Pau, souffle-t-il. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? On ne peut pas voir plus loin que ce match. Je veux bien essayer de trouver de nouvelles formules pour changer du traditionnel : on va prendre les matchs les uns après les autres ou on va mettre les ingrédients nécessaires. Mais commençons par Pau. Battre cette équipe nous enlèvera un peu de pression.» Et pour cause. Le Stade français reste sur quatre défaites consécutives dont deux en Top 14 qui ont fait resurgir le spectre d’une lutte pour ne pas achever la phase régulière à la 13e place synonyme de match de barrage contre le finaliste de Pro D2. À ce jour, les Parisiens disposent d’une confortable avance de dix points sur l’Usap et l’avantage de recevoir deux fois en quatre matchs. Un calendrier qui pousse les Stadistes à plutôt regarder vers haut. Surtout, la récente performance face au Racing force à cet état d’esprit. Que serait-il advenu sans ce carton rouge infligé logiquement à Sefa Naivalu ? «Ça peut paraître ridicule car nous avons perdu les trois matchs contre le Racing mais on a beaucoup progressé durant cette série, répond Quesada. La performance dans le troisième derby est très rassurante. Il y a pas mal d’aspects encourageants.» Certes, mais les Soldats roses savent aussi qu’une nouvelle défaite encourageante ne les rapprochera en rien du top 8, dernier objectif atteignable pour eux cette saison.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Arnaud BEURDELEY
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?