Campus 2023 : le centre de formation

  • Campus 2023 :  le centre de formation
    Campus 2023 : le centre de formation
Publié le

Plus de 2000 jeunes vont profiter du projet campus 2023 jusqu’au Mondial. Le but ? Les former aux métiers du sport, du tourisme et de la sécurité et offrir un emploi à l’issue de la compétition. Pour l’instant, tous les signaux sont au vert. Depuis trois ans, le fonds de dotation «Rugby au Cœur» vient en aide à des populations en situation de rupture sociale. Une initiative qui s’aligne sur les volontés du comité d’organisation.

La jeunesse au pouvoir, ou plutôt au premier plan. Les organisateurs de la Coupe du monde veulent venir en aide à des centaines de jeunes adultes, c’est pour cela que le projet Campus 2023 a vu le jour il y a de longs mois. L’objectif est simple : lutter contre la «crise des bénévoles» mais aussi aider à plus d’inclusion sociale et de professionnalisation des jeunes. Des personnes entre 18 et 30 ans ont donc été mises à disposition de différentes structures sportives. Au total, ce sont plus de 2 000 contrats d’apprentissage qui sont ou vont sortir de Terre. En mars 2022, déjà 1 400 personnes étaient salariées du comité d’organisation du Mondial et s’inscrivent dans ce programme. Ces contrats vont s’effectuer dans trois principaux secteurs : celui du sport bien évidemment, mais également celui du tourisme et de la sécurité, de nouvelles formations ouvrent d’ailleurs ce lundi (infos et candidatures sur campus2023.fr).

On dénombre également 200 apprentis en situation de handicap, une démarche qui démontre la volonté des organisateurs d’ouvrir cet événement à tous. Claude Atcher est unanime : «Ces jeunes ont du talent, ils ont de l’enthousiasme, ils sont motivés. Je crois que l’on ne peut pas rêver mieux en termes d’énergie lorsque l’on pilote un grand événement sportif comme celui-ci. Nous embarquons avec nous 3 000 jeunes qui vont nous apporter des idées, des projets et s’engager dans des actions responsables. On a pour objectif de pérenniser au moins 800 de ces emplois. La moitié sera prise en charge grâce aux bénéfices de France 2023 et les autres 50 % grâce à l’intervention du gouvernement et de l’Agence nationale du sport. Campus 2023 s’inscrit sur la durée. Nous leur mettons un réseau à disposition pour donner ensuite la possibilité à ces jeunes d’obtenir un emploi à la suite de cette compétition.»

Pérenniser 100 % des emplois

L’aventure ne s’arrêtera pas net le soir du 28 octobre 2023, soir de la grande finale au Stade de France. En effet, l’objectif des organisateurs est de pérenniser tous les emplois à l’issue de la formation. Pour cela, plusieurs plans sont prévus après la compétition, comme dans le secteur de la sécurité. Tout d’abord, l’objectif est de former des agents de sécurité qui exerceront durant la Coupe du monde, mais une fois celle-ci terminée, personne ne sera laissé sur le bord de la route. Des formations complémentaires seront offertes aux apprentis, ce qui sera une source d’expérience supplémentaire. Cela pourra leur permettre de mieux se préparer à certains concours de la fonction publique tels que ceux de la police, la gendarmerie ou l’administration pénitentiaire. Ces parcours donneront également la possibilité aux apprentis de posséder toutes les connaissances nécessaires pour intégrer une société en tant que cadre de la sécurité privée. Vous l’avez compris, tout est étudié pour offrir à des centaines de jeunes, un diplôme mais surtout un emploi à l’issue de la compétition.

«Ils nous apportent énormément»

Avec Campus 2023, tous les clubs peuvent engager des jeunes «stagiaires» qui les soutiendront dans la mise en place de projets divers et variés. C’est le cas dans le Tarn, au Sporting Club Albigeois, club de Nationale. Trois jeunes ont rejoint l’association albigeoise il y a quelques mois, et il n’y a que du positif à retenir. «Ils nous apportent énormément, avoue Kévin Boulogne, ancien joueur professionnel et membre de l’association. Ils nous permettent de développer des projets et de travailler sur la communication du club. C’est un soutien indéniable. À l’issue de leur formation, c’est certain que si le club peut les conserver, ce sera une excellente nouvelle pour tout le monde.» Comme le SCA, ils sont des dizaines de clubs à profiter de Campus 2023 pour se développer.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?