Dylan Cretin : « Il n’y a plus trop de calculs à faire »

  • Dylan Cretin : « Il n’y a plus trop de calculs à faire »
    Dylan Cretin : « Il n’y a plus trop de calculs à faire »
Publié le

L’international tricolore, impérial dans les airs, revient sur le match plein du Lou à Brive. Avant de se projeter sur la fin de saison qui attend les Lyonnais.

Vous aviez montré des difficultés ces dernières semaines en touche. Comment expliquez-vous la très bonne prestation de l’alignement lyonnais à Brive ?

Je ne vais rien vous apprendre de nouveau. C’est vrai que sur les derniers matchs, la touche nous a porté préjudice. Donc nous avons beaucoup travaillé. Nous savions qui si nous voulions avoir plus d’ambitions sur cette fin de saison, il fallait régler nos soucis. Cela passait par la conquête, et c’était le match parfait ce week-end sous la pluie. On a quand même essayé de mettre du jeu en place, mais ce n’était pas trop possible. Du coup, nous nous sommes rassurés avec la conquête, et sur le jeu d’avants dans les 22 mètres. On l’a très bien fait, ça récompense le travail fourni depuis quelques semaines. Le travail ne paie pas forcément le samedi, mais là ce week-end ça a été le cas. Le groupe est très satisfait. Maintenant, il reste le plus dur : reproduire ces performances week-end après week-end.

On a senti que la pluie vous a contraint à changer un peu de schéma de jeu…
Les conditions climatiques nous ont obligés à réduire un peu la voilure. Mais nous avons quand même réussi à mettre en place ce que nous voulions durant la semaine. On savait qu’il allait pleuvoir, peut-être pas autant (sourire). Mais plus que de réduire, nous nous sommes surtout adaptés au temps.

Ce match est-il fondateur pour votre conquête ?
Nous savions que la force de Brive, surtout sous un temps comme ça, ça allait être les mauls, sa mêlée et son paquet d’avants en général. Et nous, nous devions nous rassurer sur ces points-là, donc c’était vraiment le match parfait pour le faire. Brive n’a pas démérité, ils nous ont mis en difficulté sur quelques séquences mais nous n’avons rien lâché et le groupe a tenu, donc c’est positif. Mais tout ne construit pas sur un match. La saison est longue. Nous savons sur quels points nous pouvons encore nous rassurer, mais c’est toujours bien à l’approche de la fin de saison, quand nous avons l’ambition d’aller plus loin, que ce soit en Coupe d’Europe ou en championnat. Il nous manquait des victoires à l’extérieur. Souvent on échouait à quelques points, nous n’étions jamais très loin tout en revenant bredouille. Donc bien sûr que cette victoire fait du bien. Il faut s’en servir, mais il ne faut pas oublier non plus le match contre Toulon (défaite 10-43). On l’aura toujours en tête, tout comme ces victoires à l’extérieur qui font du bien au groupe.

Votre équipe a montré de la force de caractère. On imagine votre satisfaction.
Aujourd’hui, le groupe n’avait pas envie de montrer ce qu’il avait montré contre Toulon, nous ne voulons plus vivre ce genre de match. Nous avions déjà su réagir la semaine dernière contre Worcester. C’est aussi ça la force du groupe !

Vous êtes aux portes du top 6, à égalité avec Toulouse. Comment abordez-vous les trois dernières journées ?
On va aborder nos trois derniers matchs comme nous avons abordé celui de Brive, avec l’obligation de gagner. On va se concentrer sur la suite du championnat, sans avoir le droit à l’erreur. Il faut ramener le maximum de points. On va tout faire pour tous les gagner, et ce sera pareil en Coupe d’Europe. À ce niveau-là de la saison, il n’y a plus trop de calculs à faire. Nous avons tous la tête dans le guidon en essayant de faire le maximum.

Comment vous êtes-vous servi du match de Worcester pour tourner la page de Toulon et préparer le match contre Brive ?
Ça a fait du bien de changer de compétition. Même si ça reste du rugby, ça nous a permis d’évacuer, de vite passer à autre chose. Et puis, nous avons pu aborder la préparation de Brive avec un peu plus de certitudes. Nous ne voulions pas tout remettre en question. Par le passé, nous l’avions fait. Tout changer car nous avons perdu un match, et nous ne voulions surtout pas le refaire. Il faut garder confiance en notre système de jeu et en notre équipe.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?