Lyon doit confirmer la reconquête

  • Ces derniers temps, Dylan Cretin et les Lyonnais ont progressé en conquête. Suffisant pour triompher d’une équipe de Montpellier toujours leader du Top 14 ?
    Ces derniers temps, Dylan Cretin et les Lyonnais ont progressé en conquête. Suffisant pour triompher d’une équipe de Montpellier toujours leader du Top 14 ?
Publié le

Depuis deux matchs, le Lou s’appuie sur une conquête solide. à confirmer pour faire tomber le leader et rester en course pour une place dans les six.

À la veille du premier mai, il n’est pas temps de penser aux vacances à Lyon. Il s’agit surtout de faire le travail pour ne pas qu’elles arrivent trop tôt. En huit jours et deux matchs à Gerland, le Lou peut tout perdre ou se permettre de rêver en grand pour faire ce qu’il lui plaît : jouer des matchs couperets tout au long du mois de mai, voire après. Tout dépendra du visage qu’il montrera : aura-t-il les oreilles et la queue rabaissées comme contre Toulon ? Sera-t-il plein d’intention mais maladroit comme face aux Anglais de Worcester ? Ou bien sera-t-il pragmatique et efficace en diable comme il sut l’être sous la pluie, à Brive ? D’un match à l’autre, ce Lou surprend. On l’avait rarement vu aussi mauvais contre le RCT. On ne l’aurait jamais imaginé gagner à Brive dans ces conditions.

Après la déconvenue toulonnaise, les Lyonnais ont allié les actes à la parole. Non, ils ne sont pas devenus nuls du jour au lendemain et la thèse de l’accident a été accréditée par ses deux récents succès, pas jolis à voir, mais bon à prendre. Par les temps qui courent, gagner moche suffit au bonheur des Lyonnais. De toute façon, le caractère esthétique ne donne pas de points de bonus ou de malus. Maintenant ils doivent confirmer à Gerland, contre le leader qui plus est.

"Gagner à Brive n’aura servi à rien si c’est pour perdre ensuite contre Montpellier", soufflait Dylan Cretin en début de semaine. Pour y parvenir, le Lou devra déjà pouvoir s’appuyer sur une conquête retrouvée. Archi-dominateur en mêlée lors de son huitième de finale européen, il a régné dans les airs à Brive. Évidemment, tout est remis en cause à chaque sortie. Mais le travail effectué la semaine a payé, et permet de rassurer des esprits échaudés.

"C’est con, mais le rugby ne changera pas, sourit Mickaël Ivaldi. Avec une belle conquête, nous pouvons aller loin. Nous avons une belle équipe, nous nous entendons tous bien. La conquête fait partie de l’osmose de l’équipe. Tout le monde est motivé. On sent une bonne osmose. Si nous sommes forts dans ces domaines, nous aurons des arguments."

Et les trois-quarts, comme Josh Tuisova, au pain sec et à l’eau contre Toulon, auront des ballons à exploiter. CQFD.

Cretin : "Plus de droit à l’erreur"

Ça, c’était pour la théorie. Pour la pratique, il s’agira de prouver que le moindre grain de sable ne peut plus gripper la machine.

"Nous n’avons plus droit à l’erreur, mais nous ne voulons pas déjouer, explique Dylan Cretin. Il y a beaucoup d’orgueil dans ce groupe. Nous n’avons pas envie de rester sur l’image montrée contre Toulon, une des pires… Contre le premier du championnat, tout est à craindre. C’est une grosse équipe, à sa place en tête du championnat. Nous allons tout faire pour faire un gros match. Nous n’avons pas le droit de perdre."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?