Champions Cup - La Rochelle se trace une voie royale

  • Les Rochelais sont en demi-finale de Champions Cup pour la deuxième saison consécutive.
    Les Rochelais sont en demi-finale de Champions Cup pour la deuxième saison consécutive. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Maître de son sujet, affûté offensivement, le finaliste malheureux de la dernière édition s’est frayé un chemin royal sur les extérieurs pour rallier de nouveau le dernier carré.

Que le brin d’herbe de Deflandre qui ne s’est pas retrouvé enseveli sous les crampons rochelais se (re)lève ! S’il le peut. Samedi, le jardin du quartier Port-Neuf s’est transformé en ring de boxe. Au sens propre comme au figuré. Le Stade rochelais, net vainqueur du défi physique, a aussi trimballé son adversaire aux quatre coins du pré pour l’envoyer au tapis. Comme si le rectangle vert paraissait subitement trop grand pour un MHR concassé au milieu et dépassé une fois le jeu maritime déployé au large.

Romain Carmignani en veut pour preuves, notamment, les trois essais des siens (13e, 23e, 48e), modèles du genre. « On savait qu’ils avaient un super rideau défensif. Ils défendent souvent à 14 sur la ligne, donc il fallait être patient, gagner les collisions, limiter les longues passes, resserrer notre jeu et on savait que ça allait s’ouvrir, expose le coach des avants maritimes. La stratégie était de tenir la balle et attendre qu’ils lâchent en défense. Contre des équipes qui ont des cinq de devant très costauds, le fait de jouer dans les 15 mètres étire ces mecs au milieu du terrain. On compte sur ces systèmes de navette pour créer des brèches. » Banco. Ballon en main, les Rochelais ont galopé pas loin d’un kilomètre (956 m). En grande partie en bord de touche.

« Motivés comme jamais »

« Le plan est le même depuis un moment. C’est celui qu’on n’avait pas réussi à respecter contre Toulouse, mis à part sur une action. Ça nous tenait à cœur de pouvoir tenir le ballon offensivement, d’aller chercher ces extérieurs et de jouer enfin au rugby. De ne pas se restreindre, de se lâcher et de rejouer comme on sait le faire. » Avec un duo de futurs toulonnais, West-Sinzelle, détonnant à l’animation. On comprend mieux, après coup, le conciliabule en fin d’échauffement entre O’Gara et son polyvalent trois-quarts, dont le manager adverse, Saint-André, n’a pas manqué de souligner l’influence sur le cavalier seul rochelais, dans les vingt-cinq premières minutes (17-0).

Décidément, le Stade rochelais se transforme en ogre dès qu’il met le pied en Champions Cup. Avec, samedi encore, une possession (58 %) comme une occupation (64 %) nettement en faveur d’Alldritt et sa bande. La force de l’habitude ? Ce serait oublier, certes, que le club à la caravelle n’en est qu’à sa quatrième campagne. Mais il compte déjà trois quarts, deux demi-finales et une finale dans la besace. Des magiciens imprévisibles, aussi, en ses rangs. Tels Botia et Vito (lire ci-dessous), magistralement sortis du chapeau après une litanie d’apparitions bien plus feutrées.

« L’an dernier, on est passés à côté de quelque chose et on a toujours ce goût amer en bouche. On ne veut plus l’avoir. On est motivés comme jamais ! », lance le capitaine Alldritt, d’un ton affirmé. Il y a tellement de grands joueurs. Quand je vois "Kéké" (Gourdon, N.D.L.R.) qui nous regarde depuis les tribunes, quand je pense à Wiaan (Liebenberg), Victor (Vito) qui vont arrêter et des mecs comme Jérémy qui ont mouillé le maillot pendant cinq ans et qui vont quitter le club… Quand je croiserai la "Sinze" dans 5-6 ans, je ne veux pas juste dire que j’ai joué avec lui, mais que j’ai gagné quelque chose avec lui. » Reste deux marches à gravir, pour pouvoir le dire dès la fin du mois de mai.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?