Jean-Pierre Cheval, coprésident de Valence-Romans : « Déçus mais pas abattus »

  • Jean-Pierre Cheval : « Déçus mais pas abattus »
    Jean-Pierre Cheval : « Déçus mais pas abattus » Facebook VRDR - Facebook VRDR
Publié le , mis à jour

Le VRDR a manqué de peu de réussir le coup parfait et de conserver la deuxième place.

Au vu du scénario du match à Massy, existe-t-il une grande déception ?

Nous sommes déçus mais pas abattus. La rencontre a été de haute intensité. Nous réalisons quarante premières minutes de première qualité. C’est ce trou d’air en début de la seconde période qui nous fait perdre le fil de la rencontre. Notre groupe a du mental, il a su revenir sur la fin. Mais il nous manque ces deux petits points qui auraient fait notre bonheur. C’est le rugby.

Un match couperet est-il toujours délicat à aborder ?

Oui, effectivement. Il faut garder cet état d’esprit qui était le nôtre aujourd’hui. Si nous réussissons à nous qualifier, nous jouerons le match retour à l’extérieur. C’est un handicap. Quoique nous avons démontré notre capacité à nous imposer chez nos concurrents du top 6, mis à part Massy bien entendu. C’est un autre championnat qui débute. Notre équipe a du caractère et elle est armée pour ce genre de match. Le staff et les joueurs ont notre entière confiance. L’objectif était la qualification. Il est atteint. Retroussons nous les manches et abordons ce barrage sans pression et avec détermination. Nous connaissions les règles. À nous de relever ce double défi qui se présente pour atteindre la finale. Des joueurs d’expériences font partie du groupe, c’est une plus-value pour aborder la dernière ligne droite.


Le challenge était-il toujours de retrouver le Pro D2 dès cette saison ?

Le plus tôt sera le mieux. Je ne l’envisage pas mais si cela doit être la saison prochaine, nous ferons avec. Le projet « Damiers 2024 » est d’évoluer en Pro D2 en 2024 en toute sérénité. Cette saison a confirmé la qualité du championnat. Les regrets que nous pouvons émettre sont sans manquer de respect aux équipes concernées, le nombre de points que nous avons perdu face à des adversaires mal-classés. C’est un combat permanent que nous avons dû mener.

Pour atteindre cet objectif, vous êtes passés par des moments difficiles qui ont dû souder le club...

Avec quatre défaites consécutives en novembre et décembre, nous avons travaillé de concert avec le staff. Des solutions ont été trouvées. Et chacun a su se remettre en question. C’est dans ces moments difficiles que l’on forge un groupe. Ils vont nous servir pour les phases finales. Le collectif est sain et possède un état d’esprit irréprochable. J’en profite pour lancer un appel à nos supporters. Nous avons besoin d’eux, dès dimanche. L’humilité a toujours été notre ligne de conduite, nous ne changeons pas de cap. Mais j’espère pouvoir retrouver Massy en finale. Nous avons notre destin entre nos mains. À nous de jouer.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Propos recueillis par Denis Ravanello
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?