Lève toi et marche, Racing

  • Lève toi et marche, Racing.
    Lève toi et marche, Racing. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Meurtris par leur élimination en demi-finale de Champions Cup, les Racingmen devront aller puiser au fond d’eux-mêmes une certaine force de caractère et bien d’autres ressources pour sauver leur saison. Ça commence ce week-end, dans l’Hérault…

On ne va pas vous refaire la musique. On ne va pas vous répéter à quel point le Racing 92 tenait à la Champions Cup, quelle importance ce tournoi revêt depuis des lunes aux yeux des Ciel et Blanc et à quel point cette élimination leur fait donc mal au crâne. On ne va pas vous dire tout ça car vous allez nous reprocher de vous prendre pour des moules à gaufre. On ne va pas vous le dire parce qu’il suffisait, en fait, d’observer le capitaine Gaël Fickou dimanche soir pour comprendre la portée de la déception francilienne.

"Cette défaite est d’autant plus dure à digérer que nous n’étions cette saison pas loin des meilleures équipes d’Europe, soufflait-il alors. Ce sera difficile d’enchaîner à Montpellier, face à une équipe qui a pu se reposer quelques jours. Mais nous n’avons pas le droit de lâcher maintenant. Il y a des gens qui font des métiers plus compliqués que le nôtre et qui ne rechignent jamais à la tâche. Si nous n’avons pas envie de revenir immédiatement sur le terrain pour montrer notre valeur, il y a un problème quelque part…" La volonté est une chose, capitaine. Mais les corps suivront-ils ? Après tout, les deux derniers adversaires du club des Hauts-de-Seine (les Sale Sharks et La Rochelle) comptent parmi les équipes les plus denses du vieux continent et ont sans nul doute laissé les Racingmen dans un état de délabrement avancé. "La demi-finale n’était pas un match facile, poursuivait Fickou dans le Nord. Les Rochelais sont costauds, durs au mal et on a forcément laissé des plumes dans cet affrontement, que l’on a parfois disputé à 13 contre 15 et sous une chaleur intense. La priorité, c’est de retrouver de l’énergie avant d’aborder le sprint final."

Tao, Gibert, Pesenti montent au front

Au GGL Stadium, il faudra donc au Racing une montagne d’"énergie" pour s’imposer chez le leader du championnat, quand bien même celui-ci semble un peu marquer le pas ces dernières semaines. Il faudra à ceux qui prennent le relais, qu’ils se nomment Donovan Taofifenua, Antoine Gibert, Anthime Hemery ou Baptiste Pesenti un surplus de caractère et un excédent d’appétit. À ce sujet, Fickou concluait ainsi au stade Bollaert : "Ou on s’effondre et on se souviendra d’avoir traversé une saison de merde, ou on se relève et on va chercher quelque chose en Top 14. Il y a plein de mecs qui nous quitteront la saison prochaine (Teddy Thomas, Yoan Tanga, Georges-Henri Colombe, Teddy Baubigny…) et pour leur faire honneur, nous devons bien terminer cet exercice. Ce serait en tout cas la moindre des choses".

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?