Pro D2 - Carcassonne : Doumenc demande encore trois rounds

  • Formé chez les Canaris, le capitaine carcassonnais, Clément Doumenc, s’apprête à jouer la première phase finale de sa carrière avec pour ambition de battre Nevers au Pré Fleuri.
    Formé chez les Canaris, le capitaine carcassonnais, Clément Doumenc, s’apprête à jouer la première phase finale de sa carrière avec pour ambition de battre Nevers au Pré Fleuri. Photo Stéphanie Biscaye - Stephanie Biscaye
Publié le

En partance pour Montpellier à la fin de la saison, l’historique Clément Doumenc vivra peut-être son dernier match avec Carcassonne jeudi. Mais lui ne l’entend pas de cette oreille…

Dans ce nouveau chapitre de l’histoire de Carcassonne, il y en a un qui est particulièrement euphorique. Lui, c’est Clément Doumenc. Carcassonnais pur-sang, celui qui a tout vécu avec les Canaris s’avance en tant que capitaine pour la première phase finale de Pro D2 de l’histoire du club. « Ce sont les premières phases finales de ma vie depuis mes 14 ans, ajoute même l’intéressé. Je n’ai rien gagné depuis un tournoi en minimes ! Il y a quelque chose de différent, une excitation et une envie d’être déjà au match. » De l’école de rugby à ce fameux barrage face à Nevers, qui se jouera ce jeudi, Doumenc est logiquement devenu la coqueluche des supporters audois, qui voient à travers lui le club progresser, inexorablement.

« Je n’ai pas l’impression d’être un symbole, précise-t-il humblement. Mais en étant capitaine d’un groupe exceptionnel, je suis peut-être un peu plus sollicité. En étant né à Carcassonne et en ayant toujours joué ici depuis que j’ai 10 ans, les gens s’identifient peut-être plus facilement à moi. »

Il faut aussi dire que le joueur de 25 ans a l’habitude d’arborer le maillot jaune : plus de cent dix fois lors de sa carrière professionnelle, dont vingt-huit fois cette saison. Indispensable, il fait partie de ce groupe de leaders, qui ont porté l’équipe tout au long de la saison, pour créer la surprise finale. Largement utilisé en flanker mais capable d’évoluer en numéro 8, Doumenc sait déjà quelle récompense est ce match de phase finale pour son club et sa ville.

« C’est la réussite d’un staff, d’un groupe, des actionnaires et présidents. Je pense surtout à toutes les générations qui sont passées par Carcassonne, qui ont lutté mais qui n’ont pas réussi. Nous, on a de la chance parce qu’on récolte aussi ce que les autres ont semé. C’est aussi grâce à eux que Carca’en est là. »

L’objectif ? Affronter Carcassonne avec Montpellier !

Alors pourquoi ne pas rêver de mieux ? Christian Labit a affirmé à ses joueurs qu’il fallait que le club devienne champion de France. Mais pour cela, il faudra passer l’étape Nevers et son pack redoutable. Une force que devra contrer Doumenc, notamment grâce aux facultés aériennes des siens.

« Avant de penser au combat terrien, il va falloir essayer de leur piquer le plus de ballons possible en touche pour éviter justement qu’ils se structurent, planifie le capitaine. Sans conquête, on ne pourra pas gagner ce match. » Une victoire est d’autant plus primordiale pour le troisième ligne qu’une défaite serait synonyme de fin d’aventure avec l’USC. La saison prochaine, Doumenc rejoindra Montpellier et pourrait jouer ce jeudi son dernier match avec les Audois.

« La dernière je n’espère pas, coupait-il franchement. Il y a la demie et la finale aussi. Il m’en reste trois quoi ! Après, je l’avoue oui, j’ai cette petite pensée. Mais être dans l’émotionnel, c’est le meilleur moyen de passer à côté du match pour ma part. C’est donc dans un coin de ma tête mais ça me motive aussi pour me dire que je vais tout faire pour que ça ne soit pas le dernier. »

Dressons ici un tableau idéal. Les Carcassonnais battent Nevers au Pré-Fleuri et se déplacent à Mont-de-Marsan pour la demi-finale. Ils deviennent les premiers à défaire l’ogre montois sur sa pelouse cette saison et se retrouvent en finale de Pro D2. Ils s’imposent et accèdent au Top 14. Pour sa dernière saison au club (pour l’instant), Doumenc aura rendu à l’USC tout ce qu’il lui a donné et peut partir sereinement vers Montpellier. Et la saison prochaine… il affrontera Carcassonne ! En se marrant, Doumenc ne pouvait qu’acquiescer cette hypothèse : « Dans le meilleur scénario, c’est terrible à dire, mais oui, c’est ça. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis Guillou.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?