Carcassonne sacré !

  • PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/ CHRISTOPHE BARREAU / RUGBY A XIII / FINALE CHPT DE FRANCE / CARCASSONE XIII / LIMOUX /
    PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/ CHRISTOPHE BARREAU / RUGBY A XIII / FINALE CHPT DE FRANCE / CARCASSONE XIII / LIMOUX / Independant - CHRISTOPHE BARREAU
Publié le

Malgré une entame ratée, Carcassonne a trouvé les solutions pour remporter le douzième titre national de son histoire. Limoux est passé à côté de son sujet.

Dans la fournaise narbonnaise du Parc des Sports et de l’Amitié, Carcassonne a ajouté une ligne à son palmarès. Sur sa carte de visite très élogieuse, il a inscrit une douzième consécration nationale. Outre ce douzième trophée Max-Rousié, les Carcassonnais ont (enfin) conjuré le mauvais sort face à leur bête noire limouxine. En effet en 1968 et 1996, Limoux avait été sacré aux dépens de la glorieuse ASC. Hier après-midi, Carcassonne, le premier dauphin est devenu le meilleur club de France de l’édition 2022. Au regard de la rencontre, la victoire carcassonnaise n’est nullement usurpée.

L’équipe d’Alexis d’Escamilla a été beaucoup plus pragmatique, réaliste et plus rigoureuse sur ses chaînes de tenus. Et pourtant, elle est passée totalement à côté de son entame de match. En début de rencontre, les Carcassonnais étaient beaucoup plus spectateurs qu’acteurs. Une fois le premier coup de sifflet de Benjamin Casty, Limoux a pris par le bon bout le fil de cette « belle » (les deux équipes ayant partagé les victoires en phase de classement). Après vingt minutes de jeu, les intentions limouxines ont été récompensées de huit unités au tableau d’affichage (8-0).
 

« Nous avons été trop moyens »

Petit à petit, Carcassonne a retrouvé de la cohérence dans ses schémas de jeu. La charnière Clément Herrero-Brock Peligra a varié le jeu à la perfection. Après la demi-heure de jeu, une double prouesse de Maika Serulevu et du capitaine Alexis Escamilla a mis Carcassonne sur le chemin de la victoire (12-8). Succès qui s’est précisé à la reprise par une réalisation de Dane Francis et à l’heure de jeu lorsque l’ailier, Clément Soubeyras, a conclu en bout de ligne (20-10).

« Quand Clément a marqué, précise le capitaine carcassonnais Alexis Escamilla, nous étions confiants. Nous avions une marge suffisante au tableau d’affichage. De plus, nous étions sur trois défaites consécutives, nous n’avions nulle intention de lâcher le morceau. Avec l’appui de ce merveilleux public, nous étions sereins. Au coup de sifflet, nous nous sommes sentis vraiment libérés. » En effet, le final fut limouxin. À deux minutes du terme, Zac Santo a relancé l’espoir du XIII de la Haute-Vallée en exploitant une erreur du Carcassonnais Georgy Gambaro. Mais, ce baroud était tardif. Les regrets étaient légitimes du côté Limoux du coach Maxime Grésèque. « Nous avons été trop moyens. Pour prétendre remporter une finale, il faut être plus rigoureux. Nous pouvons avoir des regrets. Nous faisons une excellente entame. À mon sens, je pense que nous aurions pu marquer un essai supplémentaire. C’est dommage avec un peu plus de rigueur, nous pouvions prétendre à autre chose. »

Limoux a échoué une deuxième fois consécutive en finale. Ce revers ne doit pas masquer la belle saison des Limouxins. L’année prochaine, ils seront des prétendants au titre. Carcassonne, le champion 2022 devient forcément l’équipe à battre pour la saison à venir.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?