Pro D2 - À bout de forces, les Montois ont craqué contre Bayonne

  • Les Montois de Léo Coly n'ont rien pu faire face à l'Aviron bayonnais.
    Les Montois de Léo Coly n'ont rien pu faire face à l'Aviron bayonnais. Icon Sport
Publié le

Pris dans tous les secteurs, les Montois ne pouvaient pas espérer remporter cette rencontre. Ils s’inclinent lourdement face à un adversaire d’un calibre largement supérieur mais peuvent être fiers de leur parcours.

Il n’y a rien à dire sur la victoire bayonnaise. L’Aviron a pris le match par le bon bout dès l’entame, malgré quelques réactions montoises trop sporadiques. Pour tout dire, on n’a pas reconnu le Stade montois brillant de la saison régulière. Malgré une conquête tout à fait correcte, les Montois ont été pris dans de nombreux domaines.

Alors qu’ils avaient très bien défendu les ballons portés neversois en demi-finale et qu’ils avaient excellé dans les rucks, ils ont cette fois perdu ces deux combats, de même que leur ligne défensive a trop souvent été mise à mal par les relances de Sireli Maqala ou Joe Ravouvou.

Ce qui faisait cette saison la force de ce Stade montois capable de passer très rapidement du statut de défenseur à celui d’attaquant n’a pas trouvé sa traduction dans cette finale. La bataille du sol perdue, il ne restait plus à Gaëtan Germain, auteur d’une grande performance, de faire fructifier cette domination, soit face aux poteaux, soit en renvoyant les Landais chez eux par de longues pénaltouches.

Un Gaëtan Germain qui aura bien mieux apprivoisé le vent latéral soufflant sur le GGL Stadium que ses adversaires... Bien sûr, il y a bien eu, côté landais, cet éclair en fin de première période permettant à Willie Du Plessis d’entretenir l’espoir, mais c’était trop peu pour espérer déstabiliser une équipe bayonnaise très déterminée et bien organisée, qui a mis un maximum de pression tout au long du match sur son adversaire et particulièrement sur sa charnière.

Dernier tour de piste dimanche

Pour autant la rencontre n’était pas terminée à la pause et au retour des vestiaires, les Jaune et Noir auraient pu revenir très près de leur adversaire. Mais après une occasion infructueuse, les Bayonnais remettaient la marche avant sous la forme d’une grande offensive débouchant sur un carton jaune montois et dans la foulée un essai basque sur ballon porté.

C’en était trop pour des Montois épuisés et sans solutions qui ont fini par en perdre leur latin. Le coaching, si souvent payant tout au long de la saison, n’a pas pu, cette fois, renverser la tendance.

Non, clairement, les Bayonnais étaient trop forts à l’occasion de cette finale et les Montois pas à leur vrai niveau, le second paramètre étant certainement la conséquence du premier. Reste aux Landais à donner le meilleur pour un dernier tour de piste sur leur stade, histoire de tenter d’effacer une défaite cruelle par son ampleur et qui ne reflète pas leur magnifique saison, dont ils peuvent être fiers.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?